Les Tahitiens de Montréal partagent les danses et chants polynésiens de leur paradis

La semaine dernière, la troupe de danse polynésienne Tamari’i no Tahiti a donné deux spectacles à Montréal, qui ont fait salle comble. Composée d’une cinquantaine de danseurs, la troupe tahitienne veut partager sa culture et sa joie de vivre avec ce spectacle.

Étudiants ou jeunes professionnels, les Tahitiens quittent la Polynésie française pour étudier et courir le monde. Déborah, qui a grandi en Polynésie, a hésité entre Montréal, la Nouvelle-Zélande et la France, avant d’opter pour la métropole québécoise, « pour découvrir quelque chose de nouveau ». Elle étudie à l’UQAM depuis 2013. Kévin étudie en communication à l’Université de Montréal depuis trois ans. Il voulait étudier en français mais aussi progresser en anglais.

Aurélie Felez, la cheffe de troupe, a utilisé le système D pour les costumes, et surtout la communauté tahitienne de Montréal :  » Ceux qui retournaient en Polynésie étaient chargés de rapporter des costumes dans leurs bagages », concède la conceptrice du spectacle.

Située à plus de 15 000 kilomètres de Paris, au sud de l’Océan pacifique, Tahiti est une collectivité d’outre-mer française. Le président François Hollande y a effectué une visite officielle en février dernier. Tahiti n’avait pas reçu de visite présidentielle depuis 13 ans, depuis la visite de Jacques Chirac en 2003.

Le spectacle s’est joué deux soirs à guichets fermés, devant 600 personnes.

(crédit photo : Nathalie Simon-Clerc)

Laisser un commentaire