Skema implante son laboratoire en IA à Montréal

Skema, une école de gestion internationale créée en France en 2009, lance à Montréal son laboratoire en intelligence artificielle, accessible à tous ses étudiants dans le monde.

Texte par Romain Lambic, photo par Skema

Skema a annoncé le 10 septembre, à l’occasion d’une conférence de presse organisée au Musée McCord, avoir choisi Montréal pour implanter son nouveau laboratoire (doté d’un budget de 5 millions de dollars) dédié à l’intelligence artificielle (IA) et à l’intelligence augmentée. « Au vu des évolutions technologiques que nous vivons, Skema a entrepris un virage stratégique en science des données et IA pour mieux répondre aux besoins de développement des entreprises et former ses étudiants à de nouvelles compétences et métiers », souligne-t-on au sein de la Skema. 

IA : un potentiel de 58 millions d’emplois

« Nous lançons aujourd’hui notre laboratoire international en IA, accessible à tous les étudiants des campus de Skema. Montréal sera également la base de notre centre de R&D Studio Skema Quantum (…). Nous sommes une école de l’économie de la connaissance. La sphère de la digitalisation implique de comprendre comment se positionner face aux nouvelles technologies. Nous voulons permettre aux étudiants en gestion d’apprendre à coder, d’être capables d’apporter de nouvelles solutions éthiques dans le domaine de l’IA », annonce Alice Guilhon, directrice générale de Skema.

L’IA représente en effet un enjeu de taille, car ce domaine pourrait permettre la création de 58 millions d’emplois dans le monde ces prochaines années, d’après le Forum économique mondial. Le laboratoire montréalais se penchera plus précisément sur l’intelligence augmentée, dont l’objectif est d’utiliser la science des données (statistiques, algorithmes et données) et l’intelligence artificielle comme de nouveaux outils au service des gestionnaires de demain. « Ce sera un laboratoire unique sur plusieurs niveaux : sa nature internationale dès sa création, ses méthodes de pointes entre la science des données et l’intelligence artificielle, et ses champs d’étude qui incluent notamment la finance, les affaires internationales, ou encore la stratégie d’entreprise », précise Thierry Warin, directeur du laboratoire. 

Trouver des talents pour développer l’intelligence augmentée

Catherine Feuillet a récemment laissé son fauteuil de consule générale de France à Montréal pour rejoindre ce laboratoire en tant que vice-présidente. « Rejoindre l’équipe m’a paru être une autre manière de contribuer à la création d’une dynamique particulière entre la France et le Québec en m’investissant dans un champ que je connais bien, qui est la mise en relation. C’est un projet structurant de société qui correspond à mes valeurs, il faut des acteurs de terrain comme Skema pour pouvoir exploiter le potentiel de l’IA. L’un de nos rôles sera de trouver les talents pour continuer d’avancer sur les outils d’intelligence augmentée. Le laboratoire doit permettre à tous d’accéder à des outils qui, pour le moment, sont réservés à des spécialistes des technologies de l’information, quelques ingénieurs et décideurs. Nous avons un défi à relever face à la prolifération d’informations qui ne sont pas toujours validées. Il faut arriver à fédérer la capacité de traitement des données dans un objectif positif pour la société, pour que chacun trouve ainsi les informations vérifiées », détaille-t-elle.

8 500 étudiants dans le monde

Skema est une école de gestion née en 2009 de la fusion de l’Ecole Supérieure de Commerce de Lille et du Technopôle de Sophia-Antipolis (dans le sud de la France). Aujourd’hui, cette école compte 8 500 étudiants, répartis en France, aux Etats-unis, en Chine et au Brésil. L’école implante désormais son laboratoire au Canada et ouvrira un nouveau campus en Afrique du Sud en 2020. Le fonctionnement de Skema se base sur trois piliers. D’une part, tous les étudiants de cette école de gestion ont la possibilité de suivre un semestre de cours dans l’un de ses campus dans le monde et d’apprendre les codes de la société du pays dans lequel ils vont travailler. Deuxièmement, l’école leur offre un écosystème d’innovation leur permettant de lancer leurs propres affaires. Enfin, la Skema permet à ses étudiants de mieux comprendre les enjeux de la digitalisation et des nouvelles technologies.

Laisser un commentaire