Le Sénat bascule à droite, pas de surprises pour les Français de l’étranger

Le renouvellement de la moitié du Sénat ce dimanche n’a réservé aucune surprise. Conséquence mécanique des dernières élections municipales, la droite et le centre reprennent le contrôle du Palais du Luxembourg avec une vingtaine de voix de majorité, et deux sénateurs du Front National font leur entrée. Six mandats de sénateur des Français établis hors de France étaient à pourvoir. Quatre sortants sont réélus, et deux sénateurs UMP et UDI rejoignent les bancs du Sénat pour la première fois.

L’équilibre politique des sénateurs des Français de l’étranger ne change pas. Quatre sénateurs de droite et deux élus de gauche remettaient leur siège en jeu. Christophe-André Frassa, sénateur sortant qui menait la liste UMP-UDI, retrouve son siège et fait entrer avec lui deux nouveaux élus : Jacky Deromedi (UMP) et Olivier Cadic (UDI). Sa liste arrive en tête avec 35.1% des voix.

À gauche, la division entre la liste du Parti Socialiste et la liste Europe Écologie Les Verts (EELV), a coûté le siège de Kalliopi Ango-Éla. L’éphémère sénatrice EELV, qui avait remplacé Hélène Conway-Mouret lorsqu’elle était ministre, était en troisième position sur la liste de gauche, menée par Claudine Lepage, et qui recueille 30% des voix. Claudine Lepage et Richard Yung sont réélus. EELV enregistre un score de 6.6%, qui aurait été bien utile à la liste de gauche pour arriver en tête et dépasser la droite. Paradoxalement, une liste d’union PS-EELV aurait permis l’élection de trois sénateurs, dont l’écologiste Kalliopi Ango-Éla.

Robert Del Picchia, électron libre de la droite, dont le mouvement politique, le Rassemblement des Français de l’Étranger (RFE), avait présenté des candidats face aux candidats de l’UMP lors des élections consulaires, arrive en troisième position avec 16.7% des voix. Il réussit le pari de se faire réélire.

Malgré sa nouvelle tentative, Jean-Pierre Bansard n’est pas élu. Sa liste recueille 11.6% des voix. Pourtant, l’homme d’affaires, à la faveur de la répartition à la plus forte moyenne, à une voix près, a bien failli réussir son pari. Il s’apprêterait d’ailleurs à déposer un recours contre les « fortes irrégularités » qu’il a décelé dans le déroulement du scrutin.

Les deux autres listes, LA COHESION NATIONALE et NOTRE FRANCE, NOTRE MAISON, ne recueillent aucune voix.

 

LES RÉSULTATS :

– Inscrits : 533
– Abstention : 5
– Votants : 528
– Blancs : 0
– Nuls : 1
– Exprimés : 527

– Liste :  » UNION POUR LES FRANÇAIS DE L’ETRANGER RASSEMBLEMENT DE LA DROITE, DU CENTRE ET DES INDÉPENDANTS LISTE INVESTIE PAR L’UMP ET L’UDI, AVEC LE SOUTIEN DE L’UFE, Liste d’union de la droite et du centre » : 35.1% (185 voix)

– Liste : « GAUCHE UNIE POUR LES FRANÇAIS DU MONDE, LISTE PRÉSENTÉE PAR LE PARTI SOCIALISTE ET SOUTENUE PAR FRANÇAIS DU MONDE-ADFE, Liste du Parti Socialiste » : 30% (158 voix)

– Liste : « LES INDÉPENDANTS : INNOVONS ENSEMBLE, Autre liste » : 16.7% (88 voix)

– Liste : « BANSARD 2014, LA VOIX DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER, Liste divers droite » : 11.6% (61 voix)

– Liste : « ÉCOLOGIE, CITOYENNETÉ, SOLIDARITÉ, Liste présentée par Europe Ecologie Les Verts » : 6.6% (35 voix)

(crédit photo : Nathalie Simon-Clerc)

Laisser un commentaire