Magnifique Roméo et Juliette pour clôturer la saison de l’Opéra de Montréal

En clôture de sa saison 2017-2018, l’Opéra de Montréal présente actuellement Roméo et Juliette, le célèbre opéra de Gounod, jusqu’au 26 mai prochain. Dans une distribution toute canadienne, à l’exception du ténor Ismael Jordi, qui campe un Roméo enflammé, la production de l’Opéra de Montréal offre un magnifique spectacle dans des décors grandioses.

Par Nathalie Simon-Clerc

Pour cet opéra en cinq actes d’une durée de trois heures, on maudit presque les entractes, tant la mise en scène de Tom Diamond, les décors et les artistes nous enveloppent dans la dramatique histoire d’amour entre Roméo et Juliette. Cinq actes et cinq décors différents, grandioses, magnifiques construits par Claude Girard, qui donnent beaucoup d’intensité au coup de foudre des deux tourtereaux. Servie par des chœurs envoûtants de l’Opéra de Montréal et des costumes qui nous transportent dans la Vérone de la Renaissance, le Roméo et Juliette de l’Opéra de Montréal 

La Québécoise Marie-Ève Munger incarne Juliette qui tombe sous le charme de Roméo. Malgré une « indisposition » annoncée en début de spectacle, la soprano livre une performance remarquable et émouvante, dans les vocalises et les aigus. L’artiste de Jonquière, qui vit à Paris et fait carrière en France, était de retour « à la maison » pour cette production montréalaise. « Je me sens comblée de pouvoir revenir à la maison pour chanter. Ma famille et mes amis pourront enfin venir me voir! », se réjouissait-elle avant la Première du 19 mai. Cette ex-chanteuse pop a attrapé le virus de l’opéra à 18 ans. Elle chantera prochainement dans La Bohème à l’Opéra-Comique et fera une présentation de La Voix Humaine de Poulenc, mis en scène par son mari.

Un amour sublimé par la mort

Roméo et Juliette, opéra de Charles Gounod créé au Théâtre-Lyrique de Paris en avril 1867 en pleine exposition universelle, c’est une histoire d’amour qui finit mal, comme tous les opéras. Les jeunes tourtereaux, issus de deux familles qui se haïssent, se marient dans la clandestinité puis sont séparés après leur première nuit d’amour. Seule la mort pourra les réunir, mais il s’en est fallu de peu que l’histoire finisse bien… Mais ainsi va l’opéra.

L’orchestre Métropolitain est sous la direction de Giuliano Carella.

Roméo et Juliette fut un tel succès lors de sa création, avec 102 représentations, qu’il reste l’opéra qui a rencontré le plus de succès en France à ce jour.

À voir à Montréal:

(crédit photo: Yves Renaud – Opéra de Montréal)

 

 

Laisser un commentaire