Romance et Révolution: le chef d’œuvre des Misérables revisité

Par Sarah Laou

Pari réussi pour Les Productions Coracole, l’Orchestre Philarmonique Equitable et La Boîte Vocale qui présentent, depuis le 2 mai dernier, une adaptation de la célèbre comédie musicale Les Misérables de Schönberg et Boublil, elle-même tirée de l’ouvrage éponyme magistral de Victor Hugo. Rebaptisé  Romance et Révolution : la musique des Misérables et plus, le spectacle entame sa tournée montréalaise et propose quatre représentations, dont deux en version française et deux en version anglaise, pendant le mois de mai.

Ce dimanche 11 mai, journée de la fête des mères, c’est au théâtre Saputo à Saint-Léonard que la troupe a offert sa première prestation en anglais devant un public conquis. Émotion à son comble, justesse et talents étaient au rendez-vous pour ressusciter les personnages bouleversants du chef-d’œuvre de la littérature romantique. Pas moins de 31 chanteurs, 28 musiciens et 18 choristes ont été mobilisés pour ce projet musical d’envergure. Cette production au budget restreint compte sur des bénévoles et des semi-professionnels dévoués à leur passion. Une rangée de micros en avant de la scène, l’orchestre symphonique et le chœur en arrière-plan occupant une grande partie de l’espace, une toile tendue en fond projetant des animations graphiques évocatrices, et des jeux de lumière subtils plantent le décor et donnent le ton du premier acte. La magie opère dès les premières notes. On embarque dans cette épopée romanesque, captivé par les voix, la musique et les personnages. De cette version « concert », uniquement chantée, on ne débarquera que trois heures plus tard, à la fin du spectacle, sans avoir vu le temps passer.

Une mise en scène et un décor minimalistes qui favorisent l’immersion.

Si le décor est sobre et épuré, la production n’a pas lésiné sur les 103 costumes d’époque qui se succèdent au fil des tableaux, sous les yeux émerveillés des spectateurs. Une grande justesse et une certaine délicatesse de la mise en scène sont à saluer. Élégance, pudeur et simplicité servent le récit. Ce parti pris scénique favorise l’identification sans dénaturer le propos. On pleure les morts, on s’émeut devant la croisée des destins et l’on assiste, le cœur battant, aux grandes émeutes populaires de l’histoire de France. L’atmosphère électrique du 19ème siècle, les conditions déplorables des « petites » gens, l’injustice sociale, le dogmatisme tyrannique de l’État, mais aussi l’amour, l’humilité, l’abnégation et la foi sont autant de thématiques abordées par le géant de la littérature française, et qui sont restituées, sans fioriture, par les artistes. À aucun moment on ne bascule dans le pathos outrancier ou le surjeu, contrairement à la version cinématographique de la comédie musicale, réalisée par Tom Hooper en 2012, qui pratique allégrement la surenchère larmoyante. Le rythme reste soutenu, ponctué par des interventions instrumentales judicieusement introduites. Le fil narratif et la tension ne retombent jamais.

Des chanteurs talentueux au service d’une oeuvre grandiose

Si les artistes ne sont pas égaux en terme de jeu, tous sont néanmoins des chanteurs confirmés qui incarnent avec émotion leur personnage. Des sopranes aux ténors, les voix sont belles et justes. La technique vocale parfaitement maitrisée. Les chœurs mêlés aux chants des solistes renforcent l’aspect solennel de la fresque.

L’Orchestre Philarmonique Equitable, qui fêtait en même temps que Les Productions Coracole leur cinquième anniversaire, a fourni une performance remarquable et a dû s’adapter aux contraintes, comme en témoigne Jessica Pitt, présidente de l’orchestre : « Nous avons complètement réadapté la partition qui était prévue pour 60 musiciens. Nous sommes 28, il a fallu travailler deux fois plus. Ça a été un véritable marathon ! »

Pour Coralie Heiler, 28 ans, chanteuse, directrice artistique et présidente des Productions Coracole, monter une comédie musicale en association avec un orchestre symphonique était un de ses désirs les plus chers. C’est désormais chose faite.

En clôture de représentation,  Romance et Révolution: la musique des Misérables et plus a été ovationné par le public. Une belle récompense pour cette jeune femme à l’enthousiasme bouillonnant, à l’initiative du projet, mais aussi pour l’ensemble de ces artistes qui ont travaillé d’arrache-pied pour  nous livrer un spectacle de qualité.

 

En français: Le 2 mai 2014 à 19h30 au Théâtre Marcellin-Champagnat, 275 rue Laval, Laval

Le 25 mai 2014 à 15h00 à la Salle Émile Legault, 613 avenue Sainte-Croix, Ville-Saint-Laurent

En anglais: Le 11 mai 2014 à 15h00 au théâtre Mirella et Lino Saputo, 8350, boulevard Lacordaire, Montréal (St-Léonard)

Le 24 mai 2014 à 19h30 à la Salle Émile Legault, 613, avenue Sainte-Croix, Ville-Saint-Laurent

Billets: Adultes $35, Enfants de moins de 12 ans $28

Pour réservations 514-685-5093 ou sur les liens de billetteries en ligne au http://www.productionscoracole.com

Laisser un commentaire