Reyjin, la ligne de vêtements de sport de trois frères passionnés d’arts martiaux

C’est à l’origine une histoire de famille. Mais pas seulement. Une histoire de valeurs également. Yannick, Jérôme et Christophe Reynaud, trois frères, français, viennent de lancer « Reyjin », une ligne de vêtements de sport, ici, à Montréal. Une marque qui symbolise la force, le courage et l’honneur, ces valeurs qu’ils prônent chaque jour et qui a rythmé l’histoire de la création de la marque.

Par Cédrelle Eymard

Une histoire de famille

Christophe et Jérôme, les deux ainés, sont venus à Montréal il y a quatre ans, avec cette idée de créer, de travailler pour eux-même et de partager leur lumière et leur passion, les arts martiaux. Elevés dans ces sports depuis l’enfance, ils n’en sont jamais sortis. C’est un mode de vie. Avec un père qui possède un Dojo de Karaté en France, ils ont appris les arts et les valeurs martiaux. Yannick, le plus jeune, les a rejoint un peu plus tard et a pris part à l’aventure. « Nous voulions créer un pont entre notre art et notre avenir », explique Jérôme. Créer donc, mais créer quoi ? En juin 2014, ils créent leur entreprise. Mais il a fallu trois longues années pour réfléchir, imaginer, planifier le-dit projet. Ils ont effectué un véritable tour du monde pour voir, sentir, observer, s’inspirer et créer « Reyjin ». Véritables autodidactes, ils se sont révélés comme de véritables créateurs de vêtements. « On ne s’improvise pas professionnels du vêtement, c’est pour cela qu’on a fait un tour du monde », expliquent-ils. Pour créer « quelque chose d’unique », ils ont sillonné l’Amérique du Nord, l’Europe (notamment l’Italie et la Suisse d’où proviennent leurs tissus) et l’Asie.

« Reyjin » est un véritable symbole: « Raijin » vient du japonais, « Reydin » est le dieu de la foudre (éclair qu’on retrouve sur le logo de la marque). « Rey » signifie le respect et « Jin », la bienveillance. « Rey » sont également les trois premières lettres de leur nom de famille. « Reyjin » était né. Avec un logo sobre mais travaillé, notamment basé sur le nombre d’or dans les dimensions, la marque est une ligne de vie à elle-même. Leur slogan, « Inspire the world », lui aussi est lourd de sens, de lumière et d’énergie. Un hymne au partage et à l’envie.

Des vêtements taillés sur mesure

Avec le meilleur de la Suisse, reconnue pour ses avancées technologiques, et celui de l’Italie dans la qualité de ses tissus, les trois frères ne se sont pas trompés. Ils ont créé, et créent encore, des vêtements pratiques et sobres, adaptés aux sports quels qu’ils soient, du « haut de gamme accessible », disent-ils. Des T-shirts (il faut compter environ 75$ l’unité), des kangourous, des shorts, des vestes, ils agrandissent chaque semaine leur ligne. Des tissus aérés qui laissent respirer la peau, légers, agréables à porter semble-t-il, mais aussi « fashion ». Les vêtements attirent, plaisent car ils répondent à l’exigence sportive et à l’esthétique visuelle. « Reyjin » possède trois collections à son actif: vêtements homme, femme et accessoires.

Christophe, Jérôme et Yannick ne travaillent pas seuls, puisque le reste de la famille s’est joint à eux dans leur projet. Chacun sa spécialité, de la communication à la partie financière, de la conception à la gestion des fournisseurs. « Nous sommes heureux qu’autant de personnes nous suivent et nous soutiennent, croient en notre projet ». Leur atelier est situé tout près de l’Université de Montréal et Hélène, ancienne couturière franco-québécoise du Cirque du Soleil, y confectionne les coutures. Pour le gros de la production, cela se passe dans des ateliers québécois privés. Globalement, 30 tops y sont produits en une journée. Ce n’est pas une production de masse, mais plutôt une production sur mesure.

S’ils ne peuvent pas encore vivre de « Reyjin » et lui accorder tout leur temps, Jérôme travaille toujours comme horticulteur, une autre de ses passions, et Yannick se consacre à la communication web et marketing, ils se donnent 4 à 5 ans pour pouvoir vivre à travers la marque.

La production a démarré début 2017 et Reyjin enregistre déjà de nombreuses ventes malgré un nombre limité de produits. « Reyjin » organise des évènements, déjà deux dernièrement, un troisième se prépare pour le dimanche 25 juin, évènements durant lesquels ils montrent, à l’atelier, leurs produits. A chaque évènement son nouveau produit. C’est lors de ces rencontres qu’ils vendent et prennent les commandes. En 2017, la marque projette cinq items par collection. Un challenge ambitieux pour une toute nouvelle marque ! Petit secret enfin, « Reyjin » réfléchit sur un projet de « veste intelligente », technologie qui devrait voir le jour d’ici un an… À suivre donc.

https://fr-ca.facebook.com/reyjinsport/

http://www.reyjinsport.com/ (site en construction)

Une réponse

  1. Jean Francois Reynaud
    Jean Francois Reynaud at |

    très belle histoire très touchante on vous souhaite de tout cœur la réussite pour ce magnifique projet professionnel BONNE CHANCE A VOUS .

    Vos Parents

    Reply

Laisser un commentaire