Restaurant chinois ou réseaux sociaux ?

Les mots me manquent pour dénoncer la récupération des dysfonctionnements observés à Montréal, par des « politiques » sans scrupules qui n’ont pas bien lu les résultats du 23 avril dernier. Je suis tout de même parvenue à en trouver quelques uns que je vous livre.

Une fois n’est pas coutume, j’ai décidé de sortir de ma réserve pour dénoncer ces agissements, largement rejetés par les Français dimanche dernier. C’est de la vieille politique et les Français ne sont pas dupes. Ils n’en veulent plus !

Certes, quelques dysfonctionnements et l’inexpérience ont généré de longues files d’attente pour exercer son devoir électoral le 22 avril. Comme vous, comme le Consulat, nous ne souhaitons pas que cela se reproduise.

Alors comme nous l’avions fait en janvier 2015, en organisant une grande marche « Je suis Charlie », qui a rassemblé 25 000 personnes, tous ensemble, des Insoumis aux Républicains, en passant par En Marche et le PS, sous l’égide de l’Outarde Libérée pour garantir l’absence de récupération politique, nous nous sommes retroussés les manches pour travailler et aider le Consulat.

Oh certes! Nous n’avons pas écrit au président de la République, pas posé de question écrite au ministre, pas lancé de pétition… Nous refusons « d’exploiter » le mécontentement légitime de nos concitoyens. Nous avons déjeuné dans un restaurant chinois à 7,50$, sans être malades, et nous sommes ressortis au bout d’une heure trente avec une liste de suggestions concrètes que nous avons transmises au consulat, avant de rejoindre nos obligations professionnelles.

Nous avons également lancé un recrutement de volontaires pour doubler le personnel des bureaux de vote. En 48 heures, près de 300 bénévoles se sont manifestés. Merci !!

Face à ces actions concrètes, il y a ceux qui tourbillonnent sur les réseaux sociaux, pour remplir le vide de leur action. Leurs phrases commencent souvent par « je » et finissent toujours par « fraternellement ». Ils lancent là une pétition pour récupérer le mécontentement d’électeurs épuisés, ici un courriel à la LEC en s’attribuant honteusement le crédit des idées émises dans un restaurant chinois et annoncées dans votre webmag préféré. Ils pratiquent ce que les Français rejettent, cette vieille politique de l’illusion.

Notre objectif est simple et surtout pas électoral : nous devons ouvrir les bureaux de vote le 6 mai 2017 à 8h et le vote doit sortir avec plus de confort pour nos concitoyens. Point!

Alors Messieurs « je » et « fraternellement », de grâce! Un peu de retenue, un peu de décence! Laissez-nous travailler, pour que nos compatriotes, nos voisins, nos amis, nos enfants, nos collègues français de Montréal puissent voter confortablement le 6 mai prochain sans être les otages de vos campagnes électorales.

Nathalie Simon-Clerc
Rédactrice en chef

Devenez bénévole: Je suis bénévole le 6 mai!

Une réponse

  1. Philippe Molitor
    Philippe Molitor at |

    Je souscris à 100% à ces propos et c’est pourquoi en tant qu’élu, je n’ai posté aucun message (même sur ma page Facebook) pour tenter de m’arroger ce travail collectif. Ce n’est pas ma conception de l’action politique.
    Je suis fier de faire partie du collectif (j’en étais déjà du temps de « Je Suis Charlie ») et je n’en tire aucune gloire personnelle.
    Ceci illustre à quel point ceux qui essaient de faire feu de tout bois finissent par s’y brûler les doigts. Qu’ils dégagent!

    Reply

Laisser un commentaire