Racines Sud s’invite à Montréal pour parler de l’Occitanie et séduire le Québec

L’association Racines Sud, le réseau des Occitans expatriés dans le monde, organisait une soirée à Montréal jeudi dernier pour échanger avec ses partenaires sur les atouts de la nouvelle Région Occitanie, issue de la fusion de Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées. À l’occasion de cette 1ère destination du grand Road Trip 2017 de Racines Sud, qui comprend des villes telles que Londres, New York et Casablanca, les membres de l’association ont pu vanter les attraits commerciaux et éducatifs de cette région.

Par Alizée Calza

Une cinquantaine de personnes ont fait le déplacement pour écouter Agnès Tixier, directrice générale d’Invest Sud France, parler de cette région administrative française du sud-ouest de l’Hexagone. La réunion se déroulait, tout à fait à propos, dans les locaux de Fabrik 8 qui louent justement des espaces à des entreprises.

Gilbert Ganivenq, le président de Racines Sud, a ouvert la soirée en remerciant les personnes présentes d’avoir répondu à l’appel et d’avoir amené avec eux des amis Québécois avant de laisser la place à Agnès Tixier.

Fidèle à son statut de directrice du satellite de la région qui tente d’attirer les investisseurs étrangers sur le territoire, Agnès Tixier a présenté tous les aspects attractifs de la région Occitanie.

La conférencière a souligné l’importance du positionnement géostratégique de la région qui permet d’accéder au marché méditerranéen, mais aussi au marché africain qui est en plein développement avant de s’attarder sur la taille de l’Occitanie. Mettant l’accent sur ses sept millions d’habitants et sa forte croissance démographique, Agnès Tixier a comparé la taille de la région à celle d’un pays tel que la Belgique.

En mode séduction…

Vantant la qualité de vie de la région, Madame Tixier a tenu à préciser que grâce à la qualité de l’eau, d’ensoleillement et de vent de l’Occitanie, de nombreux projets de développement durable pouvaient se développer dans la région.

Pour finir, la conférencière a insisté sur le nombre de dépôts de brevets européens et sur les multiples entreprises, à capitaux étrangers et à capitaux français, présentes dans la région. La directrice d’Invest Sud a notamment rappelé que des entreprises canadiennes comme CGI ont également un siège dans cette partie de la France.

Après ce discours passionné, Emmanuel Darras-Rivault, la fondatrice et directrice de Racines Sud, a animé un débat avec trois chefs d’entreprises français qui se sont lancés à Montréal. Ainsi, les créateurs de GURU (Luc Martin-Privat), de OnMangeQuoi (Anthony Ouzeau) et de Kaliop (Gauthier Garnier) ont pu faire part de leur expérience montréalaise aux entrepreneurs présents dans la salle.

Avant de passer à la dégustation de vin et de tartinades venus tout droit d’Occitanie, Emmanuel Darras-Rivault a invité tous les participants à venir à la Garden Party de l’été de Racine Sud qui se tiendra chez elle le 21 juillet prochain. Cet événement cherche à favoriser des rencontres entre les expatriés, les sponsors et les partenaires de l’association.

(crédit photo: Alizée Calza)

Une réponse

  1. Kader
    Kader at |

    Je viens de Marseille, de la Provence, du grand pays d’Oc. J’aime mon pays et toutes ces facettes. Je dis bien toutes sans exception aucune. Je veux redonner à cette belle terre toutes ses lettres de noblesse. Que ce pays retrouve sa place parmi les grandes voies de la pensée éclairée.
    Vive le pays D’ Oc, vive la France et vive François Asselineau.

    Reply

Laisser un commentaire