Québécois et Français de Montréal ensemble pour condamner l’attentat contre Charlie Hebdo

Des milliers de personnes se sont réunies ce mercredi 7 janvier au soir dans la ville de Montréal afin d’apporter leur profond soutien aux douze victimes de la tuerie de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, dont les cinq caricaturistes Cabu, Charb, Wolinski, Honoré et Tignous, qui avait eu lieu le matin même au sein de la rédaction, à Paris.

Par Charlotte Lopez

Malgré les -30°C ressentis, c’est armés de pancartes, de crayons et de bougies que des Français et des Québécois de Montréal sont venus soutenir la démocratie et la liberté d’expression de tout un pays, en ce soir de deuil. Une tristesse générale, mais aussi un élan de solidarité immense a ainsi frappé aux quatre coins de la ville, comme devant l’Hôtel-de-Ville, le Consulat de France ou encore à l’Union Française de Montréal. « Ça n’a pas de sens de mener à des répercussions pareilles, c’était juste des dessins, ce n’était pas une attaque personnelle, lance Mathilda Nottage, une jeune Française vivant à Montréal et venue apporter son soutien devant le Consulat de France. Cette situation nous concerne tous, même si on est loin de la France. La liberté d’expression devrait concerner tout le monde. »

Charlie_MTL-6503-2La Marseillaise a été chantée et une minute de silence observée à ces différents endroits de Montréal, où la foule s’était rassemblée et unie. Un moment d’émotion intense que chacun a pu vivre à sa façon. « Cela fait dix ans que je vis à Montréal, mais cela me touche bien-sûr énormément, explique une femme venue manifester. Je n’arrive même pas à imaginer que cela soit encore possible aujourd’hui en 2015, c’est dramatique. Ce sont des grands caricaturistes français qui sont partis et on les pleure aujourd’hui. »

« Nous sommes là pour montrer notre solidarité envers Charlie Hebdo, explique à son tour un jeune français, Simon Tabin. C’était un symbole, on a grandi avec ce journal, on connait tous ces caricatures. Il représentait la liberté d’expression, une satire, le genre d’humour en France qui fait aussi notre force de se moquer de tout, et même de nous même. »

Bruno Clerc et Sadia Groguhé font appel à l’union et à la résistance

Des élus et responsables politiques français et canadiens étaient présents à l’Union Française, tels que la députée fédérale NPD Sadia Groguhé, les élus consulaires et les élus à l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE), ou encore des responsables du PS, de l’UMP, du Modem et de l’UDI. Le Consul général de France à Montréal, Bruno Clerc, a apporté son soutien de façon très émouvante lors de ce rassemblement. Peinant à trouver ses mots à cause de l’émotion, il a eu une pensée pour les victimes, pour leurs proches, et leurs familles. « Nous sommes touchés car c’est la démocratie, la liberté de la presse, la liberté d’expression qui ont été attaquées aujourd’hui. L’expression de notre pensée est une des premières libertés qui a été conquise par l’humanité, et ce que nous avons de plus fort dans notre condition humaine, explique Bruno Clerc, le cœur serré. C’est toute une volonté sans doute de la part des agresseurs de nous mettre à genoux, mais c’est dans les moments de son histoire ou la France a été blessée et meurtrie qu’elle a été la plus forte. »

Charlie_MTL_ScreenshotFaisant référence à l’appel du 18 juin 1940 du Général de Gaulle, M. Clerc a demandé que les Français fassent preuve de résistance. « Nous ne sommes jamais aussi fort que quand nous résistons ensemble, je fais donc appel ce soir à la résistance pour la liberté et pour la démocratie parce que ces notions représentent la France, notre être et notre essence. »

La députée NPD Sadia Groguhé, par ailleurs franco-canadienne, a également tenu à rappeler que l’union des Français était nécessaire face à cette guerre déclenchée par des extrémistes. « Ils ont tenté de nous atteindre en tant que peuple français, en ce qu’on a de plus authentique et de plus vrai et qui nous représente le mieux : cette liberté d’expression sur laquelle des hommes et femmes ont versé leur sang, s’indigne-t-elle remplie d’émotion. Ils ont touché à un symbole, et face à cela, les Français doivent rester unis malgré cette immense perte de vies humaines. Notre liberté en tant que peuple restera debout. »

(crédit photo : Sarah Laou – Rozenn Nicolle)

Laisser un commentaire