Le Québec donne 500 000$ sur quatre ans à la CITIM pour retenir les PVTistes

Le Québec vient de conclure une entente avec l’organisme franco-québécois CITIM, afin de faire la promotion du programme PVT auprès des jeunes Français et Belges et surtout favoriser leur intégration à l’emploi en vue d’une immigration permanente. Une enveloppe de 500 000$, versés sur quatre ans, est prévue.

Par Nathalie Simon-Clerc et Aurélie Tobia

L’annonce a été faite le 2 juin dernier par Kathleen Weil, ministre de l’Immigration, de la diversité et de l’inclusion (MIDI), en compagnie de Yann Hairaud, directeur général de l’organisme Clef pour l’intégration au travail des immigrants (CITIM), partenaire de longue date du ministère. L’objectif est d’augmenter le nombre de personnes immigrantes qui passent d’un statut temporaire à un statut permanent, notamment les PVTistes (titulaires d’un Permis Vacances-Travail).

Pour le ministère, il « s’agit de l’un des objectifs de la Planification pluriannuelle de l’immigration 2017-2019, qui vise à ce que d’ici 2019, une proportion de 40 % des travailleurs qualifiés sélectionnés aient entamé leur intégration socioprofessionnelle au Québec avec un statut temporaire, en tant que travailleur ou étudiant. »

Des services gratuits de recherche d’emploi

La ministre Weil estime que les moyens donnés à la CITIM vont permettre de favoriser la rétention des PVTistes et les accompagner dans leur intégration socioprofessionnelle. M. Hairaud souhaite ainsi proposer un accompagnement à la recherche d’emploi dès l’arrivée des PVTistes et fournir des services d’accueil et d’intégration. Il ajoute que, « selon son expérience, une forte majorité de ces jeunes désirent rester au Québec. » Sur 2015-2016, 1 700 PVTistes ont été pris en charge par l’organisme qu’il dirige, dont une grand majorité (84%) est en recherche d’emploi. Cette dernière année, 500 PVTistes seulement ont assisté aux ateliers proposés pour la recherche d’un emploi, selon les rapports annuels de la CITIM.

Grâce au soutien du MIDI, les services de la CITIM en direction des PVTistes sont désormais gratuits. L’organisme propose huit ateliers pratiques « pour connaître, et surtout de comprendre, toutes les subtilités québécoises », et un plan d’action vers l’emploi personnalisée (rencontres individuelles, réseautage, cours d’anglais, …).

Le PVT, passerelle vers le CSQ

Les 6 000 PVT, à disposition des jeunes Français, s’envolent en quelques heures chaque année. La ministre Weil veut retenir cette main-d’œuvre francophone et souvent qualifiée. « Les jeunes qui participent au PVT possèdent souvent des compétences que nous recherchons et connaissent déjà la société québécoise. Ce sont des candidats de choix que nous voulons inciter à rester au Québec. », justifie-t-elle.

Le PVT permet d’accéder au programme accéléré de sélection des travailleurs qualifiés résidant et travaillant déjà dans la province, le programme de l’expérience québécoise, qui facilite l’accès au CSQ (certificat de sélection du Québec).

Le Québec accueille en moyenne 10 000 personnes qui participent chaque année au PVT. Grâce à ce programme, elles peuvent découvrir le Québec et y travailler pour une période allant de 12 à 24 mois. La plupart d’entre elles proviennent de la France et de la Belgique.

(crédit photo: MIDI)

Pour en savoir plus: http://citim.org/pvt-travailleurs-temporaires-visiteurs-trouver-votre-emploi

À lire aussi: 

La CITIM: 30 ans au service de l’intégration sur le marché du travail québécois

Laisser un commentaire