Quand les start-ups québécoises se mettent au bleu, blanc, rouge

Le Consulat général de France à Québec vient de lancer un tout nouveau programme d’incubation de start-ups québécoises en France. Baptisée StarTop France, l’initiative permet à des start-ups de la province de bénéficier d’un programme d’immersion en France. L’objectif est de faire partager à ces jeunes entreprises québécoises l’attractivité de la France en matière d’innovation et de développement.

Par Audrey Le Monnier

Le programme s’inscrit dans le cadre des orientations fixées par les autorités françaises afin « d’assurer un environnement d’affaires attrayant ».

Pour cette première édition de 2018, trois start-ups québécoises – On Mange Quoi (OMQ), Spotfields et MTLight – ont été sélectionnées et accueillies par les incubateurs français Creative Valley et 104-Factory.

Un programme accélérateur d’opportunités

StarTop permet aux participants de profiter d’un espace de coworking à Paris pendant plusieurs mois. Leurs journées s’organisent autour des rencontres proposées par l’incubateur avec des artistes et des personnalités issues des ministères de la Culture français et québécois.

Pour Matthieu Mauss, de la start-up montréalaise MT Light, ces rencontres sont vraiment « le point fort de l’incubation, car pendant que nous sommes au bureau [104-Factory] arrivent avec des gens qui sont importants pour nous ». 

Participante au programme de StarTop France, MTLight revient sur son expérience à mi-parcours chez l’incubateur 104-Factory. Composée de l’artiste montréalais Axe Lalime et du Français au coeur montréalais depuis plus de 12 ans Matthieu Mauss, MTLight a pour but de démocratiser l’art du mapping.

Le mapping est cet art d’adapter une projection numérique à une surface réelle physique, qu’elle soit en 2D ou en 3D. MTLight est née de la passion de ses deux fondateurs pour le mapping et de leur premier projet commun : le mapping d’un graffiti animant ainsi le mur de leur art.

C’est le deuxième projet d’incubation de MTLight depuis sa création. Contrairement au premier projet, centré sur le monde des affaires au Québec avec le Quartier de l’innovation, le projet StarTop France permet à MTLight de s’ancrer sur le marché français et de développer ses rencontres hors des frontières du Québec.

Leur objectif est de profiter de cet échange sur le sol français pour « activer les contacts en France » et rencontrer des artistes et influenceurs du milieu culturel afin de « montrer en personne ce que l’on fait ». Cette incubation « nous permet aussi de partager et d’échanger avec les autres start-ups » elles aussi en incubation à 104-Factory et toutes orientées dans le domaine culturel.

Pour Matthieu Mauss, ce projet permet également aux deux fondateurs de réfléchir ensemble au développement de leur structure, notamment par l’apprentissage de nouveaux logiciels et de nouvelles techniques de conception comme la 3D. « Pendant deux mois, on partage un appartement, un bureau et nos vies », nous explique Mathieu.

Après un mois d’incubation, les deux fondateurs nous font la confidence que cette expérience est pour eux « une très bonne surprise ». Prochaine étape pour MTLight : l’Open Factory le 19 janvier prochain à Paris, une journée porte ouverte centrée sur l’échange et les rencontres chez l’incubateur 104-Factory.

Un tremplin sur le marché européen

Adnane Chaabi, un des trois fondateurs de la start-up montréalaise Spotfields, nous raconte lui-aussi son parcours de trois mois en sol français.

Spotfields est née en 2016 d’une idée de trois frères. Adnane nous explique qu’« il s’agit d’une plateforme permettant d’accéder à plusieurs centaines de match de soccer en partenariat avec les centres sportifs. En contrepartie, les utilisateurs s’engagent sur un abonnement mensuel. Spotfields mise sur la qualité de son programme en s’assurant qu’un arbitre professionnel contrôle chaque match et en fournisseur des rapports de match aux utilisateurs leur permettant de suivre leurs statistiques de jeu et ceux des autres utilisateurs. »

Leur ambition pour Spotfields était de valider leur modèle à petite échelle à Montréal pour ensuite se développer en Europe et plus particulièrement en France.

Après un parcours de plusieurs incubateurs visant le marché québécois, Spotfields avait donc dans le viseur son développement vers le marché européen, là où le marché du soccer est plus dynamique, nous confie Adnane. La distance avec l’Europe rendant plus difficile leur développement Outre-Atlantique, l’unique moyen pour accélérer leur stratégie était de se rendre sur place.

Grâce aux conseils de Julien Tougeron, de la FrenchTech Montréal, Spotfields se lance ainsi dans le programme incubation StarTop France, le premier programme d’incubation de start-up visant la France.

L’incubation de septembre à décembre 2018 a permis à la start-up montréalaise de mettre en place un planning chargé avec pour objectif une étude sur une potentielle implantation dans l’Hexagone.

Une mission amplement réussie pour la start-up, qui est actuellement en discussion avec l’un des plus grand réseaux de centre sportif à 5 de France et qui a pu développer un capteur permettant aux joueurs de bénéficier de statistiques encore plus détaillées, notamment avec l’aide d’un fournisseur français rencontré durant cette incubation. Pour clôturer cette belle aventure auprès de Creative Valley, la société a pu obtenir les visas nécessaires pour prolonger son parcours en France.

Une aventure qui permet à Spotfields de « détenir toutes les cartes en main pour prendre la décision » de s’installer potentiellement sur le marché français. Leur prochain objectif : une levée de fonds à Montréal qui leur permettra de déterminer la stratégie et le développement futur de la start-up.

Pour Adnane, StarTop France est « un tremplin qui était inespéré et qui a servi énormément. On a beaucoup plus avancé en 3 mois sur notre stratégie d’expansion que l’on a pu avancer sur les dernières années ». Une belle expérience qui leur a permis d’être « au cœur de l’entrepreneuriat à Paris ».

[Crédit photo : MT Light Collective Inc]

Laisser un commentaire