PHOENXYZ : naître de ses cendres

Par Christophe Béatrix
Collaboration spéciale

(crédit photo : Serge Blais)

Jean Nadeau alias Phoenxyz a réussi un lancement littéraire hors norme. Vendredi dernier, une centaine de spectateurs ont plongé dans les univers de son volume de prose au Petit Medley. L’artiste peintre, écrivain et chanteur a traversé de nombreux deuils avant de s’ouvrir à nous. La troupe franco-québécoise temporaire bénévole a côtoyé un grand nom de la peinture sur scène. Un don inattendu a clos un spectacle qui n’a laissé personne indifférent. Les dons prévus pour la fondation du docteur Julien se feront prochainement.

Écueils, deuils, recueil. Tout ceci commence par une fin. Celle de Michel-Émile Tremblay mort du cancer en 2005, le conjoint. Après le rempart de refus des maisons d’édition. Des boulets pour les songes. Juillet 1983, la lettre au « père » vénéré de la chanson et de la poésie, Félix Leclerc. Il répond, attise : « Vous êtes un aigle parmi nous ». Enfin, en 2013 le lancement en latence mue en spectacle. Des artistes bénévoles de tous horizons seront les sages-femmes volontaires de l’émotion. Des lectures sculpteront les lignes, proposeront des images au public. Ce vendredi soir sera en fait une aube.
Aujourd’hui Phoenxyz reprend le dessus et quoi qu’il arrive aura fait son chemin dans « Le cirque de la vie. Au milieu de la foire aux émotions dans la jungle de l’amour ». Tous les deuils sont maintenant faits et il ne lui reste plus qu’à s’élever. La tolérance, l’amour, l’authenticité sont au cœur du spectacle et enracinent les textes. Chanson et écriture correspondent aux deux ailes sur lesquelles s’appuie l’alias de Jean Nadeau. La première pour ressentir. La seconde pour illustrer, préciser et vaporiser la poésie au plus grand nombre.
La subversion d’une fraction des lectures mises en scène dénudée est une étincelle « Pour les cœurs amoureux ». Choisi par Phoenxyz et Pierre-Luc Durand ces provocations ont des cibles émotionnelles précises. Changer des regards, des perceptions demande le sacrifice de conventions.
Le recueil est un premier volume dont les illustrations pérennisent la mémoire de Michel-Émile. Il y en aura d’ores et déjà un second. Toujours Poétique. Plus éditorial, actuel, toujours en prose. Tous les artistes, lecteurs et accompagnateurs de cette naissance sont bénévoles et par-dessus tout volontaires. Pour le défi, pour le plaisir, mais surtout pour l’artiste.
L’ouvrage participe aussi à une renaissance avec sa contribution de 1 $ sur les ventes à la fondation du docteur Julien sur le prix de 20 $. Pour que chaque plume adoucisse un peu des futurs déjà froissés.

Le reportage sur le spectacle :

Laisser un commentaire