Phoenix à Montréal la semaine dernière: de feu et d’amour…

Le groupe français Phoenix était à Montréal le vendredi 13 octobre dans le cadre de sa tournée mondiale en promotion de Ti Amo.

Par Jacques Simon

C’est un peu comme si les Strokes avaient rencontré Franz Ferdinand à une soirée organisée par Alt-J. Ils sont un peu rock and roll, un peu punk, un peu funk, un peu électro. Par ailleurs, ils sont complètement français. À ce titre, ils sont, avec Daft Punk et David Guetta, les seuls ressortissants de l’Hexagone à avoir reçu un prestigieux Grammy Award, distinction habituellement réservée aux américains.

Pour faire la promotion de leur nouvel album Ti Amo le groupe Phoenix, originaire de Versailles, était à MTELUS (anciennement le Métropolis) le vendredi 13 octobre. Les quatre garçons se sont produits devant une salle pleine à craquer de personnes de tous âges qui entonnaient leurs chansons par cœur.

Un concert pour tous les goûts

Au menu, les nouveaux titres, dont certains étaient visiblement déjà connus de l’assistance, mais aussi les tubes classiques de ce groupe qui a déjà six disques enregistrés et bientôt deux décennies d’existence. Aux côtés de Listzomania et de 1901, donc, il y avait Ti Amo et J-Boy­, deux nouveaux singles issus du dernier album.

Pour agrémenter la musique, Pheonix n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour la mise en scène. À leurs pieds, des grands écrans projetant des décors tantôt paradisiaques et psychédéliques, tantôt lugubres et sombres, pour compléter la chanson. Derrière eux, légèrement incliné vers le public, un immense miroir : de quoi permettre aux spectateurs de voir les musiciens à la fois de face, et en plongée. Un effet d’agrandissement impressionnant permet au groupe de créer un univers à part entière avec lequel ils jouent.

Seule date canadienne, Montréal est suivie par des concerts aux Etats-Unis et en Amérique du Sud, avant que le groupe reprenne la route en Europe pour quelques dates en mars prochain.

Laisser un commentaire