Réunis à Montréal, les maires francophones du monde font le Paris du climat et des JO 2024

Parallèlement au XIIe Congrès Metropolis a lieu la 37e assemblée générale de l’Association internationale des maires francophones. Créée en 1979, l’AIMF est présidée par Anne Hidalgo. Plus de 350 élus locaux, experts et partenaires étaient présents à Montréal la semaine dernière pour célébrer le pouvoir des villes, ces « gouvernements de proximité » pourvoyeurs de solutions locales.

Par Benjamin Boutin, collaboration spéciale

Les maires ayant le français en partage réaffirment leur attachement à l’Accord de Paris, soutiennent la capitale française dans sa quête olympique et reconnaissent le rôle positif des femmes pour le développement des territoires. Ils déplorent l’emprisonnement du maire de Dakar, Khalifa Sall, dissident de la majorité au pouvoir et probable candidat à la présidentielle de 2019 au Sénégal, écroué pour détournement présumé de fonds publics ; une arrestation qui viserait, selon ses avocats, à l’écarter du processus électoral.

Des partenariats stratégiques

Grâce à ses partenariats renforcés avec l’Union européenne et à la fondation Bill et Melinda Gates, l’AIMF est en mesure de financer davantage de projets pour améliorer les conditions de vie des populations locales, en particulier les services urbains clés dans les secteurs sociaux.  

Le désœuvrement des jeunes, la radicalisation et la montée des tentations extrémistes préoccupent les maires. L’Organisation internationale de la Francophonie, qui a lancé le mouvement Libres Ensemble pour promouvoir la paix, la diversité et le vivre ensemble, compte mettre prochainement sur pied un Réseau francophone de prévention de la radicalisation, de l’extrémisme violent et du terrorisme.

L’AIMF et la Francophonie misent sur les femmes, à l’honneur de cette 37e assemblée générale, pour encourager le changement et les initiatives fédératrices à l’échelle locale. Les élus locaux manifestent leur volonté de renforcer l’action territoriale des femmes et leur implication dans la prise de décision, afin que les villes soient mieux gérées. Un plaidoyer vibrant que la Secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean et la maire de Paris, Anne Hidalgo, ont lancé de concert devant une assemblée composée d’un grand nombre de maires masculins.

Le 1er prix de la femme francophone

Un prix de la femme francophone a d’ailleurs été décerné pour la première fois cette année. C’est l’entrepreneure tunisienne Cyrine Ben Romdhane, trésorière de la Chambre nationale des Femmes Chefs d’Entreprises, qui l’a reçu. La lauréate, qui s’est particulièrement illustrée en faveur de l’autonomisation financière des femmes au Maghreb, a rendu un hommage appuyé à Habib Bourguiba et à l’ensemble des femmes tunisiennes progressistes.

 

Des JO parisiens aux couleurs de la Francophonie

Denis Coderre et Michaëlle Jean souhaitent « la victoire » de la candidature de Paris aux Jeux olympiques et paralympiques. Les maires francophones font bloc aux côtés de Paris.  Anne Hidalgo a déclaré que « si nous les obtenons, les jeux olympiques à Paris prendront appui sur la Francophonie ». A l’initiative de Pierre de Coubertin, le français et l’anglais sont les deux langues officielles du Comité International Olympique, au terme de l’article 24 de sa charte.

L’appui renouvelé des maires à l’accord de Paris

Le maire de Strasbourg, Roland Ries, fait la promotion d’une Déclaration universelle des droits de l’humanité, présentée comme un prolongement de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Rappelant, en préambule, que « l’humanité et la nature sont en péril », elle énonce le devoir « d’œuvrer, de manière commune et différenciée, à la sauvegarde et à la préservation de l’humanité et de la terre ».

En marge de l’Assemblée générale, Anne Hidalgo et Denis Coderre réaffirment leur attachement à mettre en œuvre, malgré la décision « fâcheuse » du président américain, l’accord de Paris pour le climat. Une déclaration solennelle des maires francophones et des grandes villes du monde affirme aujourd’hui avec force cet engagement, en clôture du Congrès Métropolis.

Un appel au G20

Ce lundi, plusieurs dizaines de maires du monde entier du réseau C40, dont Paris et Montréal, lancent un appel aux dirigeants du G20, dans plusieurs publications du monde entier, pour leur demander de « tenir les engagements» pris lors de l’accord de Paris (COP21). Ils se disent inspirés par le courage de 300 maires à travers les États-Unis qui «se sont engagés ces dernières semaines à adopter, honorer et maintenir l’Accord de Paris».

«Nous devons tous travailler ensemble afin de sauver notre planète», expliquent les maires, «prêts à assumer le leadership face au changement climatique». Ils ajoutent qu’après le retrait américain, «la détermination des 19 autres leaders à sauvegarder le futur de notre planète n’a jamais été aussi cruciale».

Le prochain sommet du G20 aura lieu à Hambourg les 7 et 8 juillet prochains.

(crédit photo et vidéo: Benjamin Boutin)

Laisser un commentaire