NKM chez les Républicains de Montréal pour tenter de rallier les indécis

L’Auberge Saint Gabriel accueillait une invitée de marque chez les Républicains mercredi dernier. En effet, Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM) avait fait le déplacement pour rencontrer les français de Montréal, présenter le programme de François Fillon mais surtout rallier les derniers indécis. Ils étaient presqu’une centaine à écouter la députée de l’Essone, et à la questionner lors d’un débat.

Par Cédrelle Eymard 

Dernière ligne droite

« On est dans la dernière ligne droite ». C’était un peu le mot d’ordre de NKM lors de la réunion. Arrivée à Montréal pour présenter le programme du candidat des Républicains, l’ancienne secrétaire d’Etat est également venue « mobiliser partout », l’enjeu essentiel de son séjour nord-américain. « Je suis venue présenter le programme, mais je suis surtout venue échanger ce soir car toutes les voix vont compter ». Après un discours de présentation d’une trentaine de minutes, NKM a notamment évoqué l’échec de la politique de François Hollande, « on sort de 5 ans de grand vide » a-t-elle résumé, elle a aussi mis l’accent sur un contexte politique français particulier baignant dans l’indécision. « Il y a 4 candidats entre 19% et 24%, c’est du jamais vu ». Dans ce climat de doute et d’indécision, Nathalie Kosciusko-Morizet a vanté les compétences de François Fillon. Selon elle, il faut réunir trois choses essentielles pour sortir de ce flou politique : un projet réformateur, une envie de réformer et une majorité pour mettre en œuvre. Le message passé était clair : un seul candidat capable d’incarner cet ensemble, c’est François Fillon, il est « le seul moyen de transformation pour la France ».

Répondre aux français de l’étranger

Accompagnée par Julien Ravalais, référent national des Français de l’étranger de François Fillon, NKM a abordé les sujets qui préoccupent ceux qu’elle est venue rencontrer ce soir-là. « Je sais que certains sujets les intéressent » a-t-elle déclaré en entrevue, notamment sur la CSG-CRDS, sujet brûlant des français de l’étranger. Julien Ravalais a d’ailleurs débuté le débat par cela. Quelles sont les mesures de François Fillon spécifiques aux français de l’étranger ? En effet, l’auditoire ne pouvait qu’être attentif dés le départ. Mise en place d’une aide au retour en France, abrogation de la CSG-CRDS pour les français de l’étranger qui ne bénéficient pas d’une protection sociale comme les autres, « vous devez avoir accès à vos droits comme les autres » a-t-il déclaré en évoquant la fin du délai de carence pour ces français lorsqu’ils reviennent sur le territoire. Le référent a également mentionné une amélioration des services consulaires notamment en allongeant la liste des démarches à distance (dont le vote électronique), mais aussi un travail à faire sur le service de retraite.

De gauche à droite: Éric Portrait, Aurélia Le Tareau, Julien Ravalais et NKM (crédit: Cédrelle Eymard)

Echanger avec ces français de l’étranger, c’est concrètement répondre aux questions. Et c’est ce que NKM a fait après les discours d’ouverture. Face à un public tantôt indécis, tantôt filloniste, elle a tenté, avec humour parfois, de convaincre. La position internationale de la France, entre Donald Trump et Vladimir Poutine, la réforme des institutions, pour laquelle NKM s’est positionnée positivement contrairement à son candidat, la pratique de la langue française, sont autant de préoccupations locales qui ont été entendues.

Nathalie Kosciusko-Morizet, fraîchement débarquée à Montréal, avait rencontré dans la journée des dirigeants d’entreprises et partait le lendemain pour New-York.

L’entrevue de Cédrelle Eymard avec Nathalie Kosciusko-Morizet:

(crédit photo: Cédrelle Eymard)

Le site de https://www.fillon2017.fr/projet/

Laisser un commentaire