Lyon-Montréal: l’opération « charme » de la capitale des Gaules sur la métropole québécoise

Les Lyonnais n’ont pas fait les choses à moitié pour vanter les atouts de leur cité. Élus et chefs étoilés ont investi la place montréalaise la semaine dernière pour le lancement de Montréal en lumière, pour implanter des « bouchons » aux quatre coins de la ville et allumer le parcours du 1er Illuminart.

Par Nathalie Simon-Clerc et Cédrelle Eymard

« Avec Montréal, c’est une longue histoire d’amour, un pacte d’amitié et de coopération universitaire, culturelle et économique », justifie Alain Galliano, vice-président de la Métropole du Grand Lyon. Voici 37 ans, que les deux villes coopèrent dans différents domaines, grâce notamment aux Entretiens Jacques-Cartier, qui échangent des savoirs entre la région Auvergne-Rhône-Alpes et le Québec depuis plus de 30 ans. L’amitié entre les deux maires, Denis Coderre et Gérard Collomb, qui aiment tous deux « mettre l’humain dans l’urbain », ne fait que renforcer l’axe Montréal-Lyon.

D’ailleurs, la compagnie aérienne Air Canada a saisi l’opportunité, en ouvrant en juin 2016, une ligne directe Montréal-Lyon, cinq jours par semaine, toute l’année. François Choquette, directeur des ventes d’Air Canada, se dit déjà très satisfait, puisque la ligne est rentable, même en hiver, à tel point que la compagnie va affréter, dès le 14 mars, des Airbus A330 pour augmenter la capacité de 38%.

Lumière et gastronomie

Pour le 375e anniversaire de la ville de Montréal, Lyon a fait profiter la métropole québécoise de son savoir-faire en matière de jeux de lumière. Le 1er Illuminart, qui s’inspire de quelques-unes des 200 créations lyonnaises, propose un parcours montréalais dès la tombée de la nuit, pour redécouvrir la Cathédrale Saint-James ou la Cinémathèque. Harout Chitilian, vice-président du Comité exécutif de Montréal, a remercié ses visiteurs lyonnais pour leur contribution, au nom de la métropole québécoise.

Foie gras et framboises – crédit: l’Outarde Libérée

Mais c’est aussi et surtout la gastronomie que Lyon est venu vanter à Montréal. Le fils de Paul Bocuse, Jérôme Bocuse, avait fait le déplacement, ainsi que de nombreux chefs étoilés et Meilleurs ouvriers de France (MOF), dont Joseph Viola ou Christophe Muller.

« Bien manger pour mieux vivre », assène Alain Galliano, qui ajoute que Lyon est classée numéro un pour la combinaison « attractivité économique/qualité de vie ». Les « bouchons » lyonnais vont fleurir aux quatre coins de Montréal durant trois semaines. Les émissaires lyonnais ont également présenté la Cité internationale de la gastronomie, qui ouvrira ses portes fin 2018, à l’Hôtel-Dieu, au cœur de la capitale des Gaules. Le repas français gastronomique a été inscrit au patrimoine de l’humanité par l’Unesco en 2010.

Près de 25 000 ambassadeurs Only Lyon, l’organisme dont l’objectif est de faire rayonner la 2e ville de France à l’international, défendent les atouts de la métropole lyonnaise aux quatre coins de la planète.

Entrevues audio avec:

Alain Galliano répond à notre journaliste, Cédrelle Eymard – crédit: Nathalie Simon-Clerc


 

À lire aussi: Montréal va manger du Lyon

(crédit photo: Nathalie Simon-Clerc)

Une réponse

  1. Céline CLEMENT
    Céline CLEMENT at |

    14 personnes sur une photo et pas une femme…

    Reply

Laisser un commentaire