L’UMP tire les rois, et prone le rassemblement de la droite et du centre

Par Guillaume Mazoyer

Les sympathisants de l’Union pour un Mouvement Populaire (UMP) de Montréal se sont rassemblés mardi soir pour déguster une part de frangipane, invitée par la Chargée de mission de la section, Sarah Takforyan, ainsi que par Michaël Pilater, élu à l’Assemblée des Français de l’Étranger (AFE). L’événement a permis d’évoquer l’actualité du parti de droite et de rappeler la prochaine visite du sénateur de l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI) Olivier Cadic, de passage cette semaine à Montréal.

Plus d’une vingtaine de militants UMP ont investi la salle de restaurant de la pâtisserie Duc de Lorraine ce 20 janvier, pour la traditionnelle galette des rois. Le thème du « rassemblement » ressort de cette soirée, en référence aux mouvements d’unité en France et ailleurs à la suite des attentats du 7 janvier dernier à Paris, mais également au rapprochement politique entre l’UMP et l’UDI, lors de la visite du sénateur Cadic.

Le sénateur UDI, élu en septembre dernier sur une liste d’union menée par l’UMP Christophe-André Frassa, est actuellement en visite à Montréal. Alors qu’il s’apprête à lancer le club UDI-Montréal dès demain soir, Olivier Cadic convie également les militants de l’UMP. Justifiant ce rapprochement, Michael Pilater a tenu à rappeler une phrase de Jean-Louis Borloo: « l’UDI est un parti de gouvernement qui a vocation à s’allier à l’UMP pour gouverner ». Rassembleur, il ajoute :  « C’est bien de montrer qu’on peut partager des idées différentes tout en se rassemblant pour faire gagner la droite et le centre, notamment pour la présidentielle de 2017 ». Pour la Chargée de mission de la section, Sarah Takforyan, l’UDI n’avait pas montré de rapprochement aussi clair par le passé avec son parti que celui d’aujourd’hui avec la venue d’Olivier Cadic.

IMG_0211« Bien que nous ayons une France unie en ce moment, ça ne veut pas dire que l’UMP dira oui à tout ce que le gouvernement proposera », a toutefois rappelé Sarah Takforyan. Le président du parti, Nicolas Sarkozy, a soumis deux propositions qui s’inscrivent dans l’actualité française, dans le domaine de la Défense et de l’Éducation. L’UMP propose une augmentation du budget pour le domaine militaire ainsi qu’un renforcement de la présence de troupes déployées en France. « C’est là où visiblement on en a le plus besoin, commente Sarah Takforyan. Or le gouvernement prévoit, dans son budget notamment, une diminution des effectifs ». Pour l’Éducation, l’UMP insiste sur la place centrale que doivent prendre les valeurs républicaines à l’école.

L’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de l’UMP semble avoir insufflé un nouveau dynamisme aux militants. « Enfin aujourd’hui, on a une opposition constructive, s’est exclamé Michael Pilater. Maintenant, l’opposition est crédible et visible ». Le succès de l’UMP passe par sa capacité de rassemblement selon l’élu à l’AFE, qui espère que cette élection signifie « la fin des divisions et des déchirements ».

Rassembler les idées

IMG_0214L’UMP-Montréal a annoncé la création d’ateliers de recherche d’idées et débats afin de formuler des propositions concrètes aux dirigeants à Paris. Le premier d’entre eux se déroulera le 12 février prochain et est ouvert à tous les sympathisants de l’UMP. « Le but est de donner notre ressenti canadien, ou américain, qui pourrait s’appliquer en France sur des sujets nationaux », précise Michael Pilater. Les ateliers seront mis en place à l’échelle nord-Américaine, dans les différentes grandes villes du continent.

L’UMP-Montréal se félicite de l’augmentation de son nombre d’adhérents. « Notre but est de rassembler les gens en 2015 afin de construire pour 2017 », souligne Sarah Takforyan. La Chargée de mission attribue ce regain militant à la mise en place d’une équipe structurée à Montréal, mais aussi à l’élection du nouveau président à Paris.

Charlie Hebdo encore frais dans les mémoires

Les attentats contre le journal satirique français Charlie Hebdo d’il y a deux semaines, ainsi que l’élan de solidarité à travers la communauté française étaient à l’esprit de tous les participants de la soirée. La manifestation du 11 janvier à Montréal a réuni plus de 25 000 personnes, soit le plus grand rassemblement de soutien hors de France. « Nous voulions montrer une image d’union, au-delà des clivages politiques et religieux », a justifié Michael Pilater, qui a participé à l’organisation de l’événement. « J’espère que nous allons pouvoir garder cette union politique au niveau local, espère quant à elle Sarah Takforyan. Car au final, nous sommes tous français ».

(crédit photo : Guillaume Mazoyer)

Atelier recherche d’idées et débats le jeudi 12 février, plus de détails au http://www.umpmontreal.org/

Laisser un commentaire