L’UMP Montréal célèbre la victoire des élections départementales

Par Maryne Zammit

L’UMP Montréal a célébré, hier, à l’Union française, la victoire de la droite au dernier tour des élections départementales, organisé en France ce dimanche. L’occasion pour la section de se retrouver pour débattre des enjeux de ces élections et préparer le terrain pour 2017. 

« Qui bascule à droite ? ». Cette question, on la retrouve suspendue aux lèvres de tous les militants de l’UMP Montréal. Réunis dimanche après-midi à l’Union française, ils sont venus commenter le dernier tour des élections départementales françaises. Après des heures d’attente, les résultats définitifs finissent par tomber: la droite s’empare de 25 départements.

Pour Aurélia Le Tareau, organisatrice de cette réunion spéciale, le scrutin est « une déferlante de la droite républicaine et une méchante claque de la gauche au pouvoir ». La déléguée consulaire élue à Montréal s’est également félicitée de « la réussite de l’Union républicaine face au Front National ». Présent à l’Union Française aux côtés de l’UMP, Arthur de Lembeye, responsable de l’UDI Montréal,  a salué cette « bonne stratégie d’alliance à droite ».

Les départementales vues de Montréal 

Ces résultats sont une bonne nouvelle pour  la politique locale montréalaise, selon Sarah Takforyan, responsable de la section : « Avec ces élections, les Français de l’étranger voient que la droite française reprend des couleurs depuis le retour de Nicolas Sarkozy. Et hasard du calendrier, l’UMP Montréal s’est reconstruite à 6 mois d’intervalles avec l’UMP. Donc, c’était important pour nous de voir que les Français privilégiaient la droite, afin de pouvoir davantage fédérer à notre niveau, au niveau local », observe-t-elle.

Michael Pilater, conseiller consulaire et élu à l’AFE, estime que ces élections sont le reflet du rejet de la politique menée par François Hollande depuis trois ans: « Ce résultat prouve aux Français de l’étranger qu’il y a un vrai désir d’alternance en France, comme les Français de l’étranger l’ont démontré lors des élections consulaires », affirme-t-il.

Un débat post-2015 et pré-2017

L’UMP Montréal a profité de cette réunion pour organiser un débat entre militants. Au programme : les facteurs de succès de l’élection, les alliances à faire, la tenue ou non de primaires en 2017… Autant de questions débattues pour préparer le terrain des présidentielles, enjeu désormais essentiel de la droite pour les deux prochaines années. « Même si on a gagné de nombreux départements, il nous reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour convaincre les français qui s’abstiennent », remarque un militant.

Dans cette perspective,  plusieurs débats au sein de la section comme celui-ci seront organisés à l’avenir, nous confie Aurelia Le Tareau. « Les sections locales doivent préparer le terrain pour faire remonter les idées vers Paris », avance-t-elle. Et Michael Pilater d’ajouter : « Il faut des implantations locales pour porter le projet que l’on vise ».  A suivre…

Retrouvez tous les résultats ici

2 Réponses

  1. Désidérius
    Désidérius at |

    Vous êtes certains que le retour de NS est pour quelque chose dans cette victoire ? C’est ce que certains voudraient nous faire croire en tout cas… Ou est-ce tout bêtement la politique décriée du gouvernement et le manque de résultats qui en est la cause ? NS n’est président de l’UMP que depuis 4 mois, et il aurait déjà tout transformé et emmené son parti vers cette victoire ?! Champion ! C’est ridicule de nous faire prendre des vessies pour des lanternes, alors qu’on l’a vu à l’œuvre durant 5 ans de présidence à la tête de l’Etat et que ses résultats frisaient le lamentable.

    Reply
    1. Laisné Henri
      Laisné Henri at |

      Je partage la vision de Désidérius. S’imaginer que NS est le grand artisan de cette victoire est un non-sens. N’importe quel prophète aurait pu prévoir ces résultats qui sont davantage un rejet de la politique de la gauche qu’un appui inconditionnel à une future politique de Droite dont on attend encore les contours à défaut d’un contenu. La Gauche a eu le courage d’entreprendre des réformes que la Droite n’a jamais osé. Bien sûr que ces réformes ou réformettes ne suffisent pas mais elles sont un pas dans la bonne direction. Lorsque l’on examine le bilan de la présidence de NS, on constate qu’il était un grand parleur mais aussi un petit faiseur. L’avenir de la Droite passe d’abord par la présentation d’un programme axé sur les réformes à entreprendre et des engagements. Pour moi, NS est grillé et ne porte plus l’espoir du peuple français. Il nous faut choisir un nouveau leader.

      Reply

Laisser un commentaire