L’Impact se renforce en Bleu Blanc Rouge

Alors qu’Atlanta a remporté il y a quelques jours la MLS Cup, les mouvements en MLS battent leur plein. Du côté du club Montréalais, deux renforts français viennent grossir les rangs des effectifs, que ce soit sur le banc ou sur le terrain. Alors que les partisans ne savent pas encore si les défenseurs arrivés en cours de saison dernière, Rod Fanni et Bacary Sagna, resteront en 2019, voici les deux dernières acquisitions de l’Impact Montréal.

Par Damien Meunier

Le Globe-Trotteur Lyonnais

            Le 5 décembre 2018, le club canadien annonçait avoir fait signer pour deux saisons l’attaquant/ailier Harry Novillo en provenance du championnat malaisien. Natif de Lyon, il y est formé et y dispute ses premiers matchs professionnels en 2010 sous les ordres de Claude Puel, alors entraîneur olympien. Las pour le gone, il ne s’imposera jamais dans la capitale des Gaules, barré à l’époque par Lisandro Lopez, Jimmy Briand ou encore Kim Kallström ou Michel Bastos. Il ne disputera que quatre matchs entre Rhône et Saône. Même s’il reste sous contrat, il est prêté en Ligue 2 au Havre et Ajaccio jusqu’à son départ définitif en 2013 pour Mons en Belgique. S’en suit alors un tour du monde du soccer dans des championnats lointains.

            En effet, après une saison avec peu de matchs à Mons, il rentre en France du côté du Clermont Foot 63 en Ligue 2 française. Enfin, il enchaîne les rencontres et marque des buts. Cela lui permet d’être appelé en sélection de Martinique et de disputer la Coupe Caribéenne des Nations en 2014. Il quitte finalement l’Auvergne et reprend son tour du monde. Il arrive en Australie pour pallier la blessure de Damien Duff à Melbourne. Il dispute alors la meilleure saison de sa carrière avec 13 buts en 33 matchs. Il est même reconnu par ses paires puisqu’il est nommé dans l’équipe type de la saison. Il retourne toute foi en Europe en 2e division turque où, encore une fois, il joue peu. En 2017, on le retrouve du côté d’Abou Dabi pour 14 buts en 10 matchs avant d’aller en Malaisie où son temps de jeu sera famélique (3 matchs pour un seul but) en 2018. Son équipe sera tout de même championne en fin de saison.

            Suite à son expérience asiatique, il s’entraîne à Montréal à la fin de la saison MLS. Il y retrouve son ancien mentor du centre formation de l’OL : Rémi Garde. Suite à cet essai, Harry Novillo rejoint donc l’offensive du Bleu-Blanc-Noire pour les deux prochaines saisons, les différents intéressés étant heureux de la transaction. L’entraîneur-chef met en avant sa technique et sa polyvalence en attaque alors que le joueur veut relever le défi de la MLS et souhaite aider le club à remporter des titres.

Un remplaçant devenu entraîneur

            Le 18 décembre, l’Impact annonce une réorganisation au sein du staff technique. En effet, Joël Bats, le charismatique entraîneur des gardiens, va prendre un poste d’adjoint auprès de Rémi Garde. Il s’occupera tout de même des gardiens mais leurs séances seront organisées et rythmées par le nouveau venu : Rémy Vercoutre. Ce néo-retraité est loin d’être un inconnu. En effet, il a fait une grande partie de sa carrière à l’Olympique Lyonnais. Arrivé chez les gones en 2002, le natif de Grande-Synthe y est resté jusqu’en 2014. Il y était la doublure du gardien titulaire : Grégory Coupet. Sous le chandail lyonnais, il s’est constitué l’un des plus beaux palmarès du championnat français avec cinq titres et cinq trophées des champions, auxquels il faut rajouter deux Coupes de la Ligues (dont une avec Strasbourg à qui il avait été prêté une saison pour avoir du temps de jeu). Hormis en 2012-2013 où il est titulaire, le nordiste est connu pour être remplaçant.

            Lors de ces 12 saisons lyonnaises, il n’a disputé que 81 rencontres de championnat (dont 31 lorsqu’il a été titulaire). Il faut dire qu’il avait devant lui dans la hiérarchie les deux derniers cerbères titulaires en équipe de France : Grégory Coupet et Hugo Lloris. Vercoutre profite du départ de ce dernier pour enchaîner les parties mais se blesse avant un derby en 2013 et laisse sa place, définitivement, à Anthony Lopes, toujours en place. Il était connu pour un comportement sanguin sur le banc de touche mais également comme un excellent élément dans le vestiaire.

            En 2014, il quitte les bords du Rhône pour aller chercher du temps de jeu en Normandie. Il évolue quatre ans au Stade Malherbe de Caen dans l’élite française avec 145 matchs disputés. Il prend alors sa retraite à 35 ans et accepte de rejoindre l’Impact au poste d’entraîneur des gardiens.

            Dans la métropole québécoise, il retrouve son ancien mentor Joël bats, avec lequel il préparera les séances. Les partisans devraient apprécier le comportement quelque peu sanguin des deux compères. Il travaillera également avec Rémi Garde, son entraîneur lors de ces dernières saisons Lyonnaises. Si la relation pouvait paraître tendue en 2014 entre les deux hommes, elle paraît apaisée puisqu’ils vont de nouveau travailler ensemble et qu’ils semblent vouloir aller dans la même direction sportive.

            Avec ses deux nouvelles recrues, l’Impact se teinte encore un peu plus des couleurs du drapeau Bleu-Blanc-Rouge. Entre un Harry Novillo revanchard, un Rémi Garde, fort d’une année d’expérience en MLS, Joël bats qui prend du recul sur les gardiens mais en gardant un œil sur « ses poulets », Robert Duverne toujours à la préparation physique et Rémy Vercoutre pour transmettre son expérience aux cerbères locaux, le staff a résolument l’accent français. La saison 2019 est lancée, pleine d’espoir pour les partisans avec l’objectif de retrouver les séries éliminatoires, notamment avec la modification des règlements.

Laisser un commentaire