Les paysages intérieurs de Jacques Lamotte s’exposent à Montréal

Par Sarah Laou

Le peintre strasbourgeois Jacques Lamotte était à Montréal, du 23 juin au 1er juillet dernier, pour l’exposition de ses œuvres à la Galerie Espace, en plein cœur du Plateau-Mont-Royal. Retour sur un artiste qui s’inscrit dans le mouvement pictural de l’abstraction poétique.

Ce sont des œuvres sans titre, où l’intensité vibratoire prédomine, qui s’offrent à nos regards. À partir de formes familières, le spectateur dessine ses propres représentations. Il est inutile de chercher une quelconque explication auprès du peintre, la liberté d’interprétation doit être totale, sans référant ni cadre. Explosion de couleurs et de textures, variété d’ambiances et de sensations ; les peintures semblent évoquer tantôt des paysages et des horizons infinis, tantôt des éléments et des forces naturels.

Trente tableaux de l’artiste strasbourgeois, originaire de Metz, ont ainsi voyagé pour être exposés à La Galerie ESPACE, sur le Boulevard Saint-Laurent. Contactés à cette occasion par l’association Alsace-Lorraine des Amériques, nous avons plongé dans l’univers de ce peintre à la personnalité haute en couleur.

Une peinture instinctive et intuitive

Jacques Lamotte veut peindre l’expression du moment ; pour ce faire, il laisse aller pinceau et Inconscient sur la toile. C’est dans cet exercice de lâcher prise, d’abandon et de non-pensée que l’œuvre jaillit.  L’émotion est livrée entière, partagée telle quelle avec le spectateur qui en reçoit toutes les effluves.

« Je n’ai rien voulu faire. Je n’ai pas voulu montrer, explique Jacques Lamotte. Je prends le tube le plus proche et les mélanges se font à même la toile, selon l’inspiration. » Il poursuit : « Au début, je voulais montrer que je savais dessiner. Plus jeune, j’ai étudié les arts appliqués. Aujourd’hui, je perds tout contrôle. Je m’éclate dans ma peinture. Ce qui me vient est totalement spontané ».

Aujourd’hui, je perds tout contrôle. Je m’éclate dans ma peinture. Ce qui me vient est totalement spontané

Abstraction poétique et liberté d’interprétation

Le travail de l’artiste s’inscrit dans le mouvement contemporain de l’abstraction poétique. Entre nature et humain, matière et esprit, ce mouvement pictural, qui met en avant une recherche créative ouverte sur l’Inconscient et la spiritualité, a été défini par le psychanalyste Saverio Tomasella, en 2005.

Les visiteurs restent longtemps devant les toiles et semblent contempler leurs propres rêves. Sophie Golicki, une Française vivant au Québec, témoigne : « Je viens souvent dans cette galerie et les œuvres de cet artiste m’ont interpellée. J’aime les tonalités et le fait qu’il y ait beaucoup de place à l’imagination. C’est ma projection à moi. Ce sont mes histoires et mes personnages ».

Du grand plongeon au grand voyage

Tout comme sa peinture, Jacques Lamotte est vif, spontané et instinctif : « J’étais consultant dans le domaine de la formation. J’ai tout laissé pour ma peinture et devenir peintre. Cela faisait sens. Depuis ce jour, j’expose un peu partout et les gens me témoignent leur intérêt ».

Pour Béatrice Wolf, son agent artistique : « Il est important que les artistes ne restent pas confinés. L’idée est de faire voyager les œuvres de Jacques le plus possible. On expose en France, mais aussi à Amsterdam, Edimburg, et en ce moment : c’est Montréal. Je connaissais bien la ville et l’accueil a été chaleureux. »

Le public montréalais s’est montré très réceptif et un article sur les œuvres est paru dans le webmagazine québécois La métropole. Un retour à Montréal est déjà prévu pour l’année prochaine.

 

http://www.jacques-lamotte.fr/

 

Laisser un commentaire