Les anciens de l’université Paris-Dauphine créent leur réseau à Montréal

Les anciens des grandes écoles françaises sont de plus en plus nombreux à Montréal. Après le réseau des IAE le mois dernier, c’était au tour des Dauphinois de se retrouver le 20 juin dernier, au bar de l’ITHQ sur la rue Saint-Denis, pour s’organiser et réseauter. Les anciens de l’Université Paris-Dauphine étaient une trentaine pour ce premier rendez-vous convivial et de retrouvailles.

Par Nathalie Simon-Clerc

« Le nombre de diplômés de Dauphine à Montréal est important, puisqu’on approche les 800 personnes », souligne David Senbel, executive MBA, à l’origine de la création du groupe. Montréalais depuis 12 ans, le Dauphinois est actif au sein des réseaux d’anciens élèves à Montréal (Regroupement inter-central, EM lyon et IAE). Alors que des groupes d’anciens existent à New-York et Chicago, il constate que rien n’est constitué à Montréal malgré le nombre important d’anciens de l’université parisienne. Qu’à cela ne tienne! David Senbel profite d’un séjour à Paris pour créer le Dauphine Alumni Chaper Montréal auprès de l’université parisienne. Au printemps, le groupe est lancé.

Une trentaine de Dauphinois, en poste depuis plusieurs années, issus de domaines très différents (audit et conseil, TI, finances) mais aussi des créateurs d’entreprise et une journaliste (!), se sont ainsi retrouvés pour une assemblée de constitution à 6 000 kilomètres de l’université qui les a diplômés.

David Senbel souhaite organiser quatre à cinq évènements par an. Du réseautage entre Dauphinois, mais aussi des rencontres avec des personnalités ou des professeurs de l’université parisienne en déplacement au Québec, comme ce sera le cas pour le prochain 5@7 du mois d’août prochain. Des dîners et des cocktail-conférences s’ajouteront aux évènements des anciens Dauphinois de Montréal.

Défendre la marque « Dauphine » en Amérique du Nord

« L’objectif est de créer un réseau de solidarité entre les anciens Dauphinois à Montréal, pour un premier poste ou en mobilité professionnelle, de faciliter l’accueil des nouveaux arrivants de Dauphine et d’essayer de faire rayonner la marque Dauphine », précise M. Senbel. Il ajoute que, si Dauphine est connue en France, l’université l’est moins en Amérique du Nord. Pourtant, Dauphine propose un Executive MBA à Montréal en partenariat avec l’UQAM.

Récemment, pour se donner plus de visibilité internationale, l’université Paris-Dauphine a intégré le réseau « Paris-Sciences-et-Lettres » (PSL), qui regroupe plusieurs établissements, dont le Collège de France, l’École des Mines de Paris, l’école de Physique et Chimie de Paris ou encore l’École Normale Supérieure pour ne citer qu’eux, mais aussi le Conservatoire National d’Art dramatique et les Beaux-Arts de Paris.

Quelque 17 000 étudiants et 4 500 chercheurs font désormais partie du mastodonte PSL qui peut ainsi intégrer les classements mondiaux.

PSL accède à la 4ème place du classement mondial des « jeunes » universités (Young University Ranking YUR) du Times Higher Education, se hisse au rang de 1ère université française et intègre le top 50 du QS World University Rankings 2019.

« C’est un besoin qui existait vraiment et que nous avons comblé, la dynamique est lancée », ajoute David Senbel, ravi de cette première rencontre montréalaise.

Groupe de Montréal: https://www.facebook.com/groups/185319572123396/

Université Paris-Dauphine: http://www.dauphine.fr/fr/index.html

Université PSL: https://www.psl.eu/

(crédit photo: Nathalie Simon-Clerc)

 

Laisser un commentaire