Les acteurs de la plasturgie à Paris pour un Forum franco-québécois sur le recyclage

Loop Industries, Polystyvert et Pyrowave ont présenté, à l’occasion du premier Forum Solutions Plastiques organisé à Paris, leurs techniques innovantes de recyclage chimique du plastique.

L’organisme français Citeo et son homologue québécois Éco Entreprises Québec ont organisé, à Paris les 4 et 5 février, le 1er Forum Solutions Plastiques. Ce rendez-vous, qui a réuni plus de 300 acteurs de la plasturgie venus de 20 pays et quelques représentants politiques français, avait notamment pour but de présenter de nouvelles technologies de recyclage chimique des plastiques. Ces technologies permettent notamment de traiter des matériaux difficilement recyclables dans un procédé mécanique. 

Trois innovations canadiennes de recyclage

Treize jeunes entreprises, dont deux québécoises et une ontarienne, ont présenté leurs innovations. Parmi les technologies de recyclage présentées, Loop Industries (basé à Terrebonne) a développé un procédé de dépolymérisation du polyéthylène téréphtalate (PET – un plastique utilisé pour fabriquer notamment des bouteilles d’eau) et des fibres de polyester. Une résine PET et une fibre de polyester de qualité identique au matériau vierge et répondant aux exigences de la FDA peuvent être reproduites et réutilisées pour fabriquer de nouveaux produits. La jeune entreprise a récemment signé des accords et créé des partenariats avec PepsiCo, Danone ou encore L’Oréal. 

Pour sa part, la jeune entreprise montréalaise Polystyvert s’est lancée dans le recyclage du polystyrène (PS) et des mousses en polystyrènes (PSE) par dissolution. Plongé dans une solution à base d’huile essentielle, le PSE se dissout en quelques secondes à température ambiante, sans que sa structure moléculaire ne se modifie. Les contaminants solides (autres matériaux) et chimiques (additifs) sont ensuite enlevés. Le PS liquide, qui est devenu transparent, est transformé en pâte, puis en granulés. Cette méthode permet à Polystyvert de fabriquer un nouveau PS pur à 99 %.

Enfin, Pyrowave, basé en Ontario, a présenté sa technologie de dépolymérisation du PS par micro-ondes catalytiques.

« La technologie peut convertir les molécules de polystyrène en styrène monomère avec des rendements supérieurs à 90 %. Le liquide monomère est ensuite distillé conformément aux normes de l’industrie », détaille l’entreprise créée en 2014. La solution est ensuite vendue à des usines qui vont reproduire un PS qui sera utilisé pour fabriquer de nouveaux produits.

Québec : recycler 70 % du plastique

Les échanges durant ce Forum ont également permis de faire un état des lieux de la pollution plastique dans le monde et de confirmer l’urgence de trouver une voie pour sortir de cette crise environnementale. Parmi les actions mises en avant, Citeo espère développer la consigne de tri et permettre à tous les français de pouvoir recycler leurs emballages, d’ici à 2022. L’organisme a également mis en place un système de bonus/malus, récompensant les fabricants d’emballages intégrant l’économie circulaire dans leurs produits et sanctionnant ceux qui produisent un emballage difficilement recyclable, voire pas du tout.

De son côté, Éco Entreprise Québec, représenté à Paris par sa PDG Maryse Vermette et par son conseiller Matériaux et développement de marchés, a mis en avant la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles. Celle-ci vise à atteindre un taux de recyclage du plastique de 70 % (l’objectif en France est de 100 % d’ici à 2025). L’organisme a également évoqué la Charte sur les plastiques dans les océans, portée par le Canada lors du précédent G7 organisé à Charlevoix, visant le zéro déchet plastique dans la nature et à recycler et réutiliser au moins 55 % des emballages plastique d’ici à 2030.


Habituellement, les déchets collectés sont envoyés dans des centres de tri. Ici, les différents types de plastique sont triés (tri optique), nettoyés, épurés et transformés en granulés pour être ensuite réintégrés dans une chaîne de production classique et ainsi fabriquer de nouveaux produits (alimentaires ou non-alimentaires, selon les conditions de tri). Seulement, certains emballages en plastique sont fabriqués avec d’autres matériaux pour optimiser notamment ses qualités de protection du produit qu’ils contiennent. Ces déchets peuvent être éliminés dès la phase de tri optique et ne pas être recyclés. Pour ce type de déchet, le recyclage chimique est une solution émergente. Les différentes techniques de recyclage chimique (dépolymérisation, dissolution, pyrolyse, gazéification, etc.) permettent de faire revenir le plastique à l’état de monomère en le nettoyant de toutes ses impuretés, et de recréer ainsi un polymère qui présente les mêmes qualités qu’un matériau vierge, issu du pétrole.

Laisser un commentaire