L.E.J. en première nord-américaine à Montréal : « le public ici est vraiment incroyable! »

C’est aujourd’hui que sort au Québec, le CD de L.E.J., trois jeunes Françaises, Lucie, Élisa et Juliette, présentes ce lundi 14 mars pour leur tout premier concert outre-Atlantique. L’Olympia de Montréal a accueilli ce groupe qui atteint les 47 millions de vues sur sa vidéo YouTube Summer 2015. Rencontre avec trois artistes énergiques qui croquent à pleines dents cette nouvelle célébrité.

Par Manon Lefevre-Mons

Il est bientôt 18 h 30, les portes de l’Olympia de Montréal ne vont pas tarder à ouvrir. Il pleut, mais des dizaines de fans font déjà la queue depuis deux bonnes heures.

Pourtant, à l’intérieur de la salle, on ressent l’effervescence, le stress d’un premier spectacle outre-Atlantique face à un public inconnu. « On est arrivées ici sans notre matériel ni notre équipe pour le son et la lumière », nous explique Élisa. « L’installation était tellement longue que les balances de sons ont dû être faites rapidement avant l’ouverture des portes, on était vraiment stressées, mais merci à l’équipe de l’Olympia qui nous a sauvé la vie ! »

Dernier moment pour souffler, se concentrer avant le début du spectacle. La salle s’est remplie, si bien que le Petit Olympia initialement prévu s’agrandit pour offrir aux L.E.J l’intégralité du parterre de l’Olympia. Le public est très réceptif et attend avec impatience les trois artistes de 22 ans. Elles se connaissent depuis l’enfance « on a toujours fait de la musique ensemble on a même commencé à six ans ! » nous raconte Juliette. Et c’est sûrement cette amitié entre les filles qui pousse les spectateurs à apprécier encore plus cette formation. Les chansons s’enchainent, on en connaît certaines comme le Mash-Up Summer 2015 et ses 47 millions de vues, mais d’autres reprises sont moins connues, mais si agréables à écouter. Le public plutôt calme et admiratif au début du spectacle, commence à danser progressivement, à mettre de l’ambiance et à hurler entre chaque chanson. C’est aussi ce qui fait la force des L.E.J, reprendre des chansons que les trois quarts des spectateurs connaissent par cœur, sur lesquelles ils adorent danser. C’est d’ailleurs comme ça qu’Élisa explique leur popularité : « Ça fait un peu soirée Jukebox, tu choisis un son et les gens connaissent déjà les paroles ! Redécouvrir des chansons, sachant qu’on les chante autrement, qu’on les arrange autrement. C’est le côté reprise aussi qui fait que les gens sont peut-être un peu plus aptes à danser facilement. » Pour Lucie « les gens se demandent sûrement ce qu’on va faire pendant 1 h 30 avec juste un violoncelle et nos voix, ça attise la curiosité ! »

L’oreille pour les jolies mélodies

Photo_En attend1_300CMYKConcernant le choix de leurs reprises, Lucie, Élisa et Juliette avouent fonctionner au feeling. Pour Juliette, certaines chansons sont vraiment agréables à reprendre pour leur côté décalé. Sur la scène de l’Olympia de Montréal, les L.E.J ont interprété leur propre version violoncelle/voix d’une chanson de Magic System, une vraie surprise auditive !

Lucie nous explique : « Il y a des chansons où tu te rends compte que quand tu les fais juste à la voix, il y a une super mélodie. Il y a des chansons comme ça où il y a tellement de gros électro derrière, que tu n’entends pas forcément la beauté du son. Et pourtant, quand tu prends juste la mélodie, tu te rends compte à quel point c’est joli. » C’est parce qu’elles ont cette oreille pour détecter les jolies mélodies qu’elles n’hésitent pas à reprendre tous les styles de musiques. D’ailleurs, le rap ou le hip-hop « c’est ce qu’on préfère ! ». Selon Lucie, il est bien représenté dans leur spectacle. « On préfère prendre du rap, du hip-hop parce qu’il n’y a rien, il faut tout réinventer. C’est pas vraiment une composition, mais en même temps ça laisse plus de place à l’imagination, à la créativité. » Les L.E.J touchent davantage le public en reprenant ce type de chansons. Les jeunes qui aiment le rap, le hip-hop ou les chansons dites « commerciales » adorent, et les parents, les familles se reconnaissent plus dans une interprétation au violoncelle et à la voix. Tout le monde semble y trouver son compte !

Le public de Montréal est vraiment particulier

Fin du spectacle, les trois jeunes artistes ont eu la chance de rencontrer le public montréalais, avec qui elles prennent le temps de faire des photos, parfois même de chanter une petite chanson avec des spectateurs. Elles sont proches de leur public, sûrement parce qu’elles découvrent encore cette célébrité et cet engouement qu’ont les gens autour d’elles. Mais pour Élisa, en accord avec Juliette et Lucie, le public de Montréal est vraiment particulier : « On traverse l’océan, on est outre-Atlantique et on est accueillies comme ça ! Les gens sont vraiment chauds, alors qu’on n’est pas chez nous. C’est vrai qu’un public qui crie trois minutes entre chaque chanson à t’en faire péter les tympans c’est juste incroyable ! » Pour Juliette, le constat est clair « On dit souvent que c’est le public qui fait le concert et c’est complètement vrai ! La preuve ce soir ! »
Pour les L.E.J, il est temps de quitter la loge, destination New York pour une rencontre avec le public américain. À partir d’aujourd’hui, vous allez pouvoir retrouver leur CD « En attendant l’album… » en magasin, avant peut-être, une nouvelle date à Montréal ! Élisa promet de supplier la boite de production pour revenir, mais cette fois-ci avec leur propre équipe sons et lumières, pour que ce soit moins stressant. « Mais merci à l’équipe de l’Olympia qui a été formidable avec nous, et merci au public montréalais, qui était vraiment incroyable ! » Les L.E.J ne font que commencer leur tournée, au plaisir de les revoir sur le sol québécois.

(crédit photo : Franck Blanquin – L.E.J.)

Laisser un commentaire