Législatives 2017: tensions à droite entre Lefebvre et Regnard

À quelques jours du premier tour, la campagne entre les deux candidats se réclamant de la droite et du centre prend une tournure plus tendue. Violemment attaqué par Frédéric Lefebvre, député sortant Les Républicains, le 26 mai dernier par courriel, Damien Regnard, candidat Divers droite, a réagi dimanche soir dans une vidéo tout aussi virulente.

Le candidat Divers droite réaffirme son ancrage à droite et la fidélité à sa « famille politique », et reproche au député sortant de n’avoir pas soutenu François Fillon. Il compte bien doubler Frédéric Lefebvre au premier tour et devenir ainsi le candidat de François Baroin au second tour. « Le député sortant a peur », affirme-t-il.

Il reproche à son adversaire d’avoir continuer de siéger au Conseil Régional d’Île-de-France et d’avoir embauché sa femme Valérie en tant qu’attachée parlementaire, et promet de ne pas le faire s’il est élu.

Depuis trois jours, la campagne entre les deux candidats de droite est plus tendue. Frédéric Lefebvre a porté une première attaque en publiant une lettre de soutien à sa candidature d’Alain Juppé, président de son comité de soutien, dont l’authenticité semble curieusement remise en cause par des soutiens locaux de l’ancien premier ministre. Le lendemain, le 26 mai, un courriel « d’avertissement » a été envoyé aux adhérents Les Républicains (LR) de la circonscription, les informant de « l’exclusion » du candidat Divers droite du mouvement Les Républicains, de poursuites contre l’utilisation du mot « républicain » et « majorité pour la France » et invitant les électeurs à se détourner de Damien Regnard : « Tout vote pour ce candidat serait donc purement et simplement inutile. », peut-on lire dans ce courriel. En cause, la profession de foi de Damien Regnard intitulée « Majorité pour la France », slogan du parti de François Baroin, et l’utilisation du mot « républicain », qui est aussi l’intitulé du parti de la droite et du centre.

Frédéric Lefebvre a également publié un appel des six sénateurs LR-UDI des Français de l’étranger, à voter pour lui, ainsi qu’un appel de Daniel Fasquelle, trésorier de la campagne « Majorité pour la France », mettant en cause son adversaire Divers droite.

La droite locale nous a habitué à des querelles intestines depuis 2012, date du 1er essai de Frédéric Lefebvre dans la 1ère circonscription des Français de l’étranger. Plusieurs vagues d’exclusions du parti de la droite républicaine sont intervenues en Amérique du Nord: en 2012 (législatives), 2013 (législatives), 2014 (consulaires) et maintenant en 2017 (législatives).

 

(crédit photo: Archives)

Une réponse

  1. Xavier Kleinermann
    Xavier Kleinermann at |

    Au début du mois de mai, monsieur Regnard a approché en privé certaines personnes et leur à demandé d’écrire aux autorités du parti Les Républicains afin de se plaindre de certaines positions du député sortant Frédéric Lefebvre. Cette manoeuvre petite et basse n’avait pour objet que de créer la division parmi les membres du parti, tout en se gardant bien de se salir les mains.
    Monsieur, libre à vous de vous présenter comme candidat, mais si vraiment vous agissiez pour les français, vous ne choisiriez pas de vous présenter contre le candidat investi par votre propre parti.
    Si vraiment vous agissiez pour les français, vous ne les manipuleriez pas en basant votre campagne sur de la tromperie en utilisant des mots tel que « candidat républicain » ou « majorité pour la France » sur vos emails et vos affiches.
    Si vous agissiez pour les français, vous auriez au moins la cohérence de vous présenter en tant que candidat libre.
    Vous avez été exclu pour trois ans du parti les Républicains par le bureau politique, comme Monsieur Accoyer vous l’a écrit personnellement il y a quinze jours, et cela vous vous garder bien de nous en faire part.
    Non vous ne respectez pas vos électeurs, vous jouez avec eux.
    Le vrai opportuniste, c’est vous qui agissez sans honneur.
    « L’hypocrisie ne consiste pas à cacher ses vices, mais à faire parade des vertus qu’on n’a pas » disait Voltaire… et quelle belle parade vous nous faites-là.

    Reply

Laisser un commentaire