L’effervescence artistique du festival Ancient Future – Rencontre avec Étienne de Crécy

Fondé par trois parisiens arrivés au Québec il y a sept ans, le festival Ancient Future présentait sa troisième édition au Quai de l’Horloge à Montréal, les 8 et 9 septembre dernier. Retour sur une étrange effervescence artistique qui mélange projections visuelles, performances extravagantes et musique pour faire vivre l’expérience d’un «voyage hors du temps» à plusieurs milliers de noctambules.

Par Léopoldine Frowein et Camille Balzinger

Avec l’embrasement citadin d’un côté, la sérénité du fleuve Saint Laurent de l’autre, et l’horloge au loin, il est difficile de ne pas se laisser conquérir par le choix du lieu.  

Ajoutez à cela une expérience musicale et artistique unique grâce aux prouesses du cirque, aux performances d’art numérique, ainsi qu’aux artistes de renommée internationale issus de la scène house et techno et vous vous retrouvez au festival Ancient Future pour une expérience hors du commun. 

« On cherche vraiment à créer une expérience multidisciplinaire en nous inspirant de la démarche de festivals tels que le Burning Man », explique Martin Loutrel, cofondateur de ce festival éco-responsable, dans une entrevue au Devoir le 8 septembre. Français établi au Canada depuis quelques années dans le cadre de ses études, avait invité plusieurs artistes d’origine française, tels que Folamour, véritable étoile montante malgré son jeune âge, et Étienne de Crécy, l’un des parrains et piliers de la techno française.

Rencontre avec Étienne de Crécy, pionnier ambassadeur de l’électro française

Etienne de Crécy, c’est qui ? Etienne de Crécy, c’est un premier album en 1993 appelé Superdiscount ; c’est une connaissance parfaite du public et des scènes du monde ; c’est un producteur mais également un directeur de label ; ce sont de nombreux albums et EP depuis et jusqu’à aujourd’hui. Mais Etienne de Crécy, c’est surtout l’empreinte française par excellence – indémodable mais moderne. Personnage emblématique de la scène électronique française, transparaît en ses productions et ses concerts l’évolution de ses amours musicaux, comme celle des tendances du moment. Lorsque l’équipe du festival lui demande de conclure son set, Etienne de Crécy négocie pour passer encore deux morceaux au lieu d’un. Lorsque défilent les fans pour prendre des photos avec lui, il leur offre quelques minutes de discussion ainsi que des bières bien fraîches. Lorsqu’un spectateur tend sa main au-dessus de la console de son pendant le concert, il lui donne une poignée de main tranquille. Lorsque les morceaux s’envolent et que le public danse, Etienne de Crécy danse, lui aussi.

Finalement, le DJ français rassemble autour de cette chose universelle : la musique. Pas n’importe laquelle cependant, la musique qu’il aime. Peut-être est-ce là sa cure de jouvence après quasi 25 ans derrière des platines. Peut-être est-ce son seul amour de la scène, et des spectateurs satisfaits, qui garde Etienne De Crécy admiré et admirable dans les festivals du monde. Et pour la troisième édition du Festival Ancient Futur, le fameux DJ français avait en effet enflammé la scène et les spectateurs venus nombreux.

Entrevue avec Étienne de Crécy, recueillie par Camille Balzinger:

Adieu la programmation musicale exclusivement électronique

Cette année, l’équipe organisatrice innove avec l’adjonction d’un volet trip-hop et hip-hop à sa programmation.  En invitant entre autre le duo de Brooklyn The Underachievers, l’écossais Hudson Mohawke, le trio montréalais Brown ou encore Kgoon, Ancient Future enrichit son répertoire musical et élargit son auditoire, de plus en plus hétérogène.

Pourtant, le festival reste intrinsèquement lié à la musique électronique, comme en témoignent les têtes d’affiche. On y retrouve essentiellement des légendes de la techno et de la house : Sam Paganini, Kevin Saunderson, Omar Souleyman,  Fritz Kalkbrenner,​ Victor Ruiz, Mall Grab,… Derrière les platines, des talents locaux tels que Project Pablo, Rico Shae, Kris Tin, Nymra & Sofisticated, TGV, ou Zepha, entre autre,   ont eu l’opportunité de se produire à leurs côtés.

Finalement, après l’Électro Parade qui avait rassemblait des milliers de Montréalais dans les rues de la métropole, le festival de musique électronique Ancient Future, à la fois multidisciplinaire et conscient,  clôture en beauté la saison estivale et la fièvre artistique qui l’accompagne.

Le site du festival: www.ancientfuture.ca/

À lire aussi: Folamour: « Il existe à Montréal une authentique liberté qu’on ne retrouve pas en France »

(crédit photo: Camille Balzinger – Léopoldine Frowein)

Laisser un commentaire