Le Réseau Québec-Monde organise une mission politique féministe à Paris

Une délégation de femmes québécoises, élues et dirigeantes, est présente à Paris jusqu’au 25 novembre dans le cadre d’une mission du Réseau Québec-Monde. Objectif : comparer la place de la femme en politique et dans les entreprises entre la France et le Québec.

Par Romain Lambic, journaliste 

Le Réseau Québec-Monde, organisme à but non-lucratif spécialisé dans l’organisation de voyages politiques en Europe, est en mission à Paris du 17 au 25 novembre. La délégation, composée de femmes élues et dirigeantes, va rencontrer différentes actrices politiques et médiatiques françaises pour analyser l’évolution de l’égalité femme-homme dans les différentes sphères de la société et la comparer avec la situation au Québec. C’est un format inédit pour cet organisme, qui depuis 2014 organise des voyages en Europe à l’occasion d’élections ou de référendums – une mission a été organisée au printemps 2017 lors du second tour de l’élection présidentielle française et durant l’automne 2017 lors du référendum pour l’indépendance de la Catalogne.

Analyser l’évolution de l’égalité femme-homme

Cette nouvelle mission est « du tourisme politique féministe », souligne le président du Réseau Québec-Monde, François Roberge. « Ce programme a été établi pour les femmes de pouvoir afin d’étudier la politique dans un autre pays, en l’occurrence en France, avec des professeures, des députées, des sénatrices, une ministre, des élues municipales, mais également avec quelques hommes spécialisés. Nous allons également rencontrer la présidente de France Médias Monde, Marie-Christine Saragosse et la directrice de l’information de l’AFP, Michèle Léridon », détaille-t-il. L’objectif de ces rencontres est d’analyser et de comprendre comment les mentalités ont évolué en France, l’égalité femme-homme étant une mesure phare du président de la République, Emmanuel Macron. « Nous souhaitons comprendre les dynamiques de cette égalité, et comparer avec ce qui se fait en la matière au Québec, en Europe et dans le monde », précise François Roberge.

« Participer à cette mission me permettra de développer un peu plus ma fibre politique et d’échanger avec des femmes qui sont au pouvoir en France », se réjouit Anne-Marie Lelièvre, directrice générale de la CCI du Sud-Ouest de Montréal et ancienne candidate aux élections municipales de 2017 dans l’équipe de Denis Coderre. La jeune dirigeante de 34 ans constate qu’aujourd’hui encore au Québec, peu de places sont laissées aux femmes pour occuper de hautes fonctions, en précisant toutefois que de plus en plus réussissent à se faire une place. « Les CCI sont souvent dirigés par les hommes. J’ai eu la chance d’avoir le poste que je voulais, ce malgré les commentaires sur ma forte personnalité parfois perçue comme négative. Là où un homme serait ambitieux, persévérant et ayant des objectifs précis, on m’a considéré comme entêtée, voire dérangeante. Je suis cependant convaincue que ce sont ces traits de personnalité qui m’ont permis d’être là où je suis aujourd’hui », explique-t-elle. Anne-Marie Lelièvre compte s’inspirer de cette mission pour organiser des événements de ce type au Québec, pour aider notamment les femmes à « développer leur leadership ».

De plus en plus de femmes politique

Rita Boghokian, agente de communication et journaliste, participe également à la mission du Réseau Québec Monde. « Je suis curieuse de savoir comment cela se passe en France, de voir ces échanges entre Québécoises et Françaises. Je pense que ce programme nous permettra de nous enrichir sur le plan personnel. C’est une belle opportunité que de passer une semaine en France pour découvrir des parcours différents ». Rita souligne une évolution visible de l’égalité femme-homme au Québec ces dernières années. « Il y a eu beaucoup d’évolution quant à la place qu’occupent les femmes sur la scène politique, nous avons pu le voir en novembre 2017 avec l’arrivée de Valérie Plante, première mairesse de Montréal. Il y a une prise de conscience importante ».

C’est une semaine chargée, mais riche d’enseignement qui attend les participantes de cette mission du Réseau Québec-Monde. « Le point d’orgue de cette mission sera notre participation, le 24 novembre, à la journée mondiale contre la violence faite aux femmes, organisée par l’ONU, souligne Rita Boghokian. Nous serons également à Paris pour participer à la manifestation organisée par noustoutes.org contre les violences faite aux femmes, place de la Madeleine ». Le Réseau Québec-Monde reviendra en France en 2019 à deux reprises, soit fin mars à l’occasion du Brexit, et fin mai à l’occasion des élections européennes, pour des missions plus classiques. 

Crédit photo : Romain Lambic

Laisser un commentaire