L’Amérique du nord emboîte le pas à Émmanuel Macron

Le 4 mars dernier, l’équipe d’En Marche Montréal s’est réunie au bar Le Pourvoyeur pour présenter les grandes lignes du programme d’Emmanuel Macron et participer à la discussion internationale en visio-conférence avec une vingtaine de villes américaines des #AmériquesEnMarche.

Par Alizée Calza 

Près d’une centaine de Français habitant à Montréal ont participé à l’événement. Christopher Weissberg, Laurent Bonnefoy et Jérémy Paris, les co-référents du mouvement montréalais, animaient la première partie du débat. La deuxième partie de la discussion était une visio-conférence depuis Paris qui réunissait une vingtaine de villes d’Amérique du Nord et du Sud. Laurence Haïm, la porte-parole d’En Marche, et Axelle Tessandier, la déléguée nationale du mouvement, menaient le débat et répondaient aux questions de chaque ville. 

Les femmes, chères à Macron

De nombreux participants s’inquiétaient de la place des femmes dans le programme du candidat aux présidentielles n’ayant pas vu de points les concernant. Les animateurs ont assuré que les femmes faisaient partie du renouveau démocratique que prône Emmanuel Macron. Son programme veut entériner l’égalité entre les hommes et les femmes. Dans son projet, il s’engage à tester régulièrement les entreprises pour s’assurer qu’elles respectent bien, entre autres, l’égalité salariale. Les noms des entreprises qui ne se conformeraient pas à la loi en la matière seront publiés.

Le nouveau gouvernement ne tolérera plus non plus le harcèlement à l’égard des femmes. Les contrevenants seront punis d’amendes immédiates et dissuasives. Emmanuel Macron trouve également que les femmes ne sont pas assez présentes dans le gouvernement et s’engage à remédier à cela.

Crédit: Alizée Calza

Un programme attractif

Le plan d’action du candidat se veut également attractif pour ramener les cerveaux et les entreprises sur le sol français. Alors que les États-Unis se referment et obligent les scientifiques à quitter le sol américain, En Marche veut développer le domaine de la recherche en France. Des mesures seront mises en œuvre pour créer des universités reconnues mondialement et les établissements pourront diversifier leurs sources de revenus. L’obtention de visas sera également facilitée pour que les scientifiques étrangers puissent venir travailler en France.

Afin d’attirer de nouvelles entreprises, le programme prévoit de supprimer le Régime Spécial des Indépendants (RSI), à baisser les charges annuelles et les cotisations salariales. Le code du travail sera simplifié et disponible en ligne. L’une des mesures centrales de ce mouvement pour favoriser entrepreneuriat est celle du « droit à l’erreur ». La mission de l’Administration ne sera plus la sanction, mais le conseil et l’accompagnement. Ainsi, les entreprises ne seront plus soumises directement à des amendes ou des pénalités en cas d’erreurs, mais auront la possibilité de se corriger.

Macron et les Français à l’étranger

En ce qui concerne les Français hors de France, un groupe d’experts internationaux s’est réuni pour intégrer un volet les concernant dans le programme du candidat à l’élection présidentielle. Leur discussion s’est basée sur les milliers de réponses aux questionnaires qui ont été envoyés aux citoyens hors du territoire français. Si les experts tentent de résoudre les problèmes liés à l’éducation, à la santé, à la fiscalité et à la sécurité, ils cherchent surtout un moyen de faciliter la participation de ces Français à la dynamique nationale. L’objectif principal est de représenter plus efficacement cette partie de la population.

Un autre volet de ce programme c’est de faciliter le départ de la France et le retour sur le territoire. Pour cela, les experts pensent à des réformes pour résoudre les problèmes administratifs comme la reconnaissance des diplômes ou les cotisations de retraite.

Les mesures concrètes concernant les Français à l’étranger devraient paraître dans les prochains jours car, si le projet a déjà été validé, certains arbitrages fiscaux sont encore à définir.

Axelle Tessandier, la déléguée nationale du mouvement et Laurence Haïm, la porte-parole d’En Marche  – Crédit photo: En Marche

Les grandes lignes du programme d’Émmanuel Macron

par Léopoldine Frowein

Emmanuel Macron, devenu la personnalité politique la plus appréciée des Français, a enfin dévoilé son programme. Les marcheurs et friands de politique ont hâte de l’entendre et d’en débattre à Montréal. Christopher Weissberg précise les grandes lignes du candidat qui se veut hors parti.

Tout d’abord au niveau du budget, on prévoit  d’économiser 60 milliards d’euros essentiellement sur la masse salariale de l’Etat et le lancement d’un plan d’investissement de 50 milliards, dont 15 milliards seront consacrés à la formation des jeunes et des demandeurs d’emploi, 15 milliards à la transition écologique et énergétique, et le reste à la modernisation des administrations publiques, entre autres.

Le programme de Macron, c’est aussi davantage de stabilité fiscale, la réforme de l’ISF pour en faire un « impôt sur la rente immobilière », ainsi que l’exemption de la taxe d’habitation de la classe populaire et moyenne.

L’ex-ministre de l’Economie promet également de rénover un million de logements mal isolés et de construire 80 000 logements pour les jeunes.

En ce qui concerne la santé, on vise moins de gaspillage et 100% de remboursement par la sécurité sociale, spécialement pour les maladies chroniques ou encore les lunettes.

D’autre part, l’éducation figure comme une priorité dans le programme de Macron, avec des réformes ambitieuses, notamment la création de 4 à 5 000 postes d’enseignants, le rétablissement des classes bilingues, des sections européennes, et ce en mobilisant des enseignants, des retraités volontaires et des étudiants. Il souhaite aussi l’interdiction de l’usage des téléphones portables au collège et à l’école primaire et une prime de 3 000 euros nets par an pour les enseignants en zone prioritaire Rep+.

Enfin, le candidat Macron prévoit une politique de sécurité qui s’accompagnera de la création de 15 000 places de prison, le recrutement de 7 500 policiers et 2 500 gendarmes ainsi que le retour d’une police de proximité et d’un dispositif de renseignement territorial, le but étant de «créer un lien de confiance et non de crainte entre les citoyens et la police», explique Christopher Weissberg.

De plus, avec Émmanuel Macron, l’Europe sera renforcée, toujours plus. L’homme politique veut mobiliser 5 000 gardes frontières européens, créer un système de renseignement commun, et peut-être à terme une police commune pour le crime organisé et le terrorisme et finalement limiter à un an la durée autorisée de séjour d’un travailleur détaché.

Enfin, ses projets politiques environnementaux se veulent tout aussi audacieux. Le leader d’En Marche vise la réduction de l’industrie du diesel, notamment en donnant une prime de 1 000 euros pour l’achat d’un véhicule moins polluant, neuf ou d’occasion, l’instauration d’un « marché unique de l’énergie » européen. Quant à la  production nucléaire, elle est censée elle aussi être réduite dans les prochaines années à venir.

Le programme d’Émmanuel Macron en téléchargement

Laisser un commentaire