La start-up française INEAT veut agrandir son équipe montréalaise

Implantée au Québec depuis février 2018, l’entreprise française INEAT Group, spécialisée en transformation numérique, a annoncé récemment son intention de développer ses activités en sol montréalais. Grâce à l’intégration récente des activités de l’entreprise Soluteo, INEAT souhaite recruter une quarantaine de nouveaux collaborateurs d’ici à 2020. C’est également dans la métropole québécoise que sera désormais basée une partie du service de Recherche et développement de la start-up.

Par Sandrine Bourque, rédactrice en chef adjointe

Avec le dévoilement, le 4 décembre dernier, de la Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’intelligence artificielle, la métropole québécoise semble plus que jamais s’imposer comme capitale du numérique. Renommée pour être l’un des meilleurs écosystèmes au monde pour l’accueil des start-ups, Montréal attire bel et bien un nombre croissant d’entreprises dans le domaine technologique.

C’est le cas d’INEAT Group, une entreprise française spécialisée en transformation numérique depuis maintenant dix ans qui a choisi d’ouvrir un bureau à Montréal en février 2018 grâce au soutien de la French Tech, dans le cadre du programme Pass French Tech à destination des entreprises en hyper-croissance. Depuis sa mise sur pied, la branche montréalaise d’INEAT n’a cessé de développer ses effectifs : elle emploie aujourd’hui plus de 25 personnes.

Un pont entre l’Europe et l’Asie

Signe que Montréal a la cote dans le domaine du numérique, la direction d’INEAT souhaite aujourd’hui développer ses activités en sol montréalais. D’ici à 2020, le groupe souhaite recruter 40 nouveaux collaborateurs dans ses bureaux montréalais, en plus d’ouvrir des antennes dans l’Ouest canadien et aux États-Unis. Une partie du service de Recherche et développement de l’entreprise sera également basée dans la métropole.

Pour Yves Delnatte,  président et chef de la direction d’INEAT, Montréal est un lieu stratégique pour développer les activités de l’entreprise. « Nous souhaitons offrir à nos clients une capacité de gestion de projets 24 heures sur 24, en commençant un projet dans un fuseau horaire et en le poursuivant dans un autre, explique-t-il. Le bureau de Montréal nous permettra ainsi de faire le pont entre l’Europe et l’Asie, en plus d’être notre porte d’entrée pour développer le marché nord-américain. »

Attirer les talents

Reconnu pour son style de gestion libéré, Yves Delnatte soutient que le succès d’un entrepreneur réside dans sa capacité de repenser son modèle d’affaires pour offrir de meilleures conditions à ses équipes.

« Dans un marché où la rétention des talents est un enjeu crucial, nous avons fait le choix d’un positionnement fort avec des horaires de travail flexibles, des congés de maladie illimités, l’absence de période d’essai, quatre semaines de congé dès l’entrée et une couverture santé dès le premier jour », explique celui qui a été inscrit par ses employés pour obtenir la certification « BonBoss.ca ».

Dans le contexte de la pénurie de main-d’œuvre à Montréal, INEAT entend miser sur ce trait distinctif en plus de conditions d’embauche attractives. Reconnue en Europe comme un employeur ayant à cœur le bien-être de ses équipes, l’entreprise s’est déjà démarquée en 2014 avec l’embauche d’une « Responsable du bonheur » à son siège social de Lille,en France. INEAT emploie aujourd’hui 300 collaborateurs de 17 différentes nationalités en Europe, en Amérique du Nord et en Asie pour un chiffre d’affaires de plus de 21 millions d’euros.

Laisser un commentaire