La fin du tour du poteau pour les nouveaux travailleurs

Le tour du poteau ne sera plus un passage obligatoire pour les travailleurs étrangers pour changer de visa. Le gouvernement canadien a pris cette décision pour faciliter les démarches pendant la pandémie.

Texte: Camille Balzinger. Image: www.tekiano.com

Nombreux sont ceux et celles qui, une fois un emploi obtenu au Québec, désirent changer leur visa pour un visa de travail fermé propre à leur employeur. Si cela signifiait de faire le tour du poteau – un passage express à la frontière aux États-Unis, ou à n’importe quel poste frontière – ce n’est désormais plus le cas, temporairement, en raison de la crise sanitaire actuelle.

Le 25 Août 2020, le gouvernement du Canada annonçait que la demande de visa de travail fermé peut dès maintenant être effectuée à partir du territoire canadien et être obtenu sans avoir à quitter le pays. Cette mesure est temporaire, et conditionnelle. Le travailleur doit avoir un statut de visiteur valide le jour de sa demande, avoir été sur le sol canadien le 24 Août et ne pas avoir quitté le pays depuis, avoir une offre d’emploi, et présenter sa demande de permis de travail avant le 31 Mars 2021. Ces conditions s’ajoutent à celles déjà en vigueur pour ce type de visa. 

Faciliter les démarches pendant la pandémie

Autre avantage pour les travailleurs concernés : ils peuvent commencer à travailler une fois leur demande effectuée, avant même de recevoir leur permis, s’ils étaient auparavant titulaires d’un permis de travail valide durant les 12 derniers mois. Ainsi un travailleur titulaire d’un permis poste-diplôme d’au moins 12 mois par exemple, pourra, s’il est éligible au visa, commencer à travailler pour son nouvel employeur dès lors que sa demande de permis de travail fermé est effectuée.

Le visa de travail fermé est celui qui lie l’employé à l’employeur, ce dernier ayant dû auparavant prouver que l’étranger est nécessaire pour effectuer le travail. L’Étude d’impact sur le marché du travail (EIMT) doit être demandée par l’employeur : une EIMT favorable ou lettre de confirmation indique la nécessité d’embaucher un étranger et non un national, c’est-à-dire qu’aucun canadien ou résident temporaire n’est disponible ou qualifié pour répondre aux besoins spécifiques de l’entreprise.

Favoriser l’emploi de travailleurs qualifiés et intégrés

Dans le plan de relance de l’économie, le ministère de l’immigration veut favoriser l’emploi de travailleurs qualifiés et intégrés. Politique fédérale, elle veut permettre aux employeurs de ne plus vivre de pénurie de main d’œuvre comme cela a semblé être le cas ces derniers mois. Devoir quitter le territoire canadien pour un potentiel travailleur qualifié et nécessaire à une entreprise n’était en effet plus envisageable, étant donné la fermeture des frontières et les restrictions liées à la pandémie.

Laisser un commentaire