Kev Adams à la conquête de Montréal au Festival Juste pour Rire

Kev Adams a rencontré son public montréalais pour la deuxième fois, les 9 et 10 juillet derniers, sur la scène du Théâtre Maisonneuve, dans le cadre du Festival Juste Pour Rire de Montréal. Pour cette deuxième rencontre avec les Québécois, il a adapté son spectacle Voilà Voilà pour se rapprocher d’eux et de leur culture.

Par Charlotte Lopez

C’est avec l’aide de l’humoriste québécois Rachid Badouri que Kev Adams a pu adapter son spectacle, et c’est l’humoriste québécois Mehdi Bousaidan qui a assuré la première partie. Attaché aux habitants de la Belle Province, il était heureux de voir dans la salle, de nombreux Québécois venus l’applaudir, sans compter des Français de Montréal évidemment.

Bien que plutôt destiné à un jeune public, son spectacle a attiré des spectateurs de tous les âges. Le public a joué le jeu avec un Kev Adams qui n’a pas hésité à les faire danser la Zumba, à les faire sauter et chanter.

Selon lui, il est important d’interagir avec son public, ce qu’il n’a pas omis de faire durant 1h30 sur scène. Il a improvisé et interagi avec le public en leur posant plusieurs questions, notamment sur leurs prénoms atypiques (la jeune Olive gardera un souvenir marqué de ce spectacle, où Kev Adams a fait plusieurs blagues sur elle durant tout le show).

« J’aime le vrai contact avec le public, confie l’humoriste. J’aime parler avec eux: « Comment tu t’appelles? D’où tu viens? Qu’est-ce qui t’a amené à cette rencontre aujourd’hui de moi qui suis sur scène et toi dans la salle ? Ce sont vraiment des choses qui m’intéressent. »

« C’est fascinant pour moi de pouvoir m’intéresser à la culture de chaque pays à travers l’humour. »

Michel Courtemanche, Martin Matte, Rachid Badouri, Louis-José Houde, mais également Dave Chappelle, Kevin Hart, Louis C.K, et Jerry Seinfeld font partie des nombreuses personnes qui inspirent ce jeune comédien et humoriste de 24 ans. « Je regarde beaucoup d’humour, quelles que soient les nationalités, mentionne-t-il. Je regarde des spectacles chinois, espagnols… c’est intéressant de voir qu’à chaque fois, c’est très culturel. C’est beaucoup sur la manière dont les gens vivent dans le pays, la politique mise en place parfois. C’est pour moi la plus belle manière de m’intéresser à une culture. »

Kev Adams va maintenant se pencher sur l’écriture de son nouveau spectacle, mais le public va tout d’abord pouvoir le retrouver au cinéma en France, en octobre prochain, pour la sortie du film « Les nouvelles aventures d’Aladin ».

Laisser un commentaire