Les jeunes francophones des Amériques veulent une francophonie plus citoyenne

Les jeunes francophones des Amériques veulent donner une nouvelle impulsion à la francophonie. Ils la veulent plus engagée, plus citoyenne, et moins technocratique. Depuis le 3 juillet, Montréal accueille la 5e édition du Forum des jeunes ambassadeurs de la francophonie des Amériques.

Par Nathalie Simon-Clerc

C’est à l’université de Montréal que la centaine de jeunes ambassadeurs francophones s’est donné rendez-vous pour une semaine de réflexion dédiée à la francophonie. Partenaire de cette édition, le consulat de France à Québec, par la voix de Nicolas Chibaeff, a rappelé que la France n’est pas seulement porteuse de cette langue commune, mais que de nombreux territoires français se trouvent dans les Amériques. D’ailleurs, l’ancienne Garde des sceaux et guyanaise, Christiane Taubira est l’invitée de ce forum, de même que l’écrivain et journaliste martiniquais, Serge Bilé.

Nicolas Chibaeff, Consul général de France à Québec
Nicolas Chibaeff, Consul général de France à Québec

Le diplomate français a rappelé les nombreux échanges qui se développent entre les territoires français et les Amériques, grâce à la langue commune. Il se réjouit également de la progression de l’apprentissage du français, qui est la 3e langue apprise sur le continent américain, derrière l’anglais et l’espagnol, grâce au soutien de la France et notamment des Alliances Françaises.

La francophonie progresse dans le monde

Les Amériques comptent 33 millions de locuteurs francophones, dont presque 10 millions au Canada et 10 millions dans les Caraïbes. Clément Duhaime, longtemps proche d’Abdou Diouf, et qui fut administrateur de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) durant 10 ans, a rappelé les progrès de la francophonie dans le monde. « En 46 ans, on est passé de 40 à 80 états ou gouvernements qui se rassemblent autour d’une langue commune », a indiqué le diplomate québécois. Selon lui, un milliard d’individus parlent français dans le monde, dont une majorité de jeunes, et 100 millions l’apprennent au quotidien.

La jeunesse, enjeu de la francophonie

M. Duhaime reconnaît que la francophonie fait face à l’enjeu de la jeunesse. Dans l’assistance, de jeunes ambassadeurs ont déjà réclamé un programme de type « Érasmus » qui s’appliquerait aux pays francophones, et même un passeport francophone pour faciliter la libre circulation des personnes au sein de la francophonie. « Plus on circulera librement, plus on créera un territoire de la francophonie », a admis Clément Duhaime, tout en reconnaissant que les moyens financiers ne sont pas toujours à la hauteur des ambitions de l’OIF.

Grégory Charles, parrain de la 5e édition
Grégory Charles, parrain de la 5e édition

Mais c’est aussi un engagement citoyen, moins technocratique, que les jeunes ambassadeurs veulent développer. Élina Castillo, une jeune avocate dominicaine, a fait le choix d’apprendre le français « pour se démarquer », et souhaite que sa génération invente une nouvelle voie pour la francophonie.

Le parrainage de cette 5e édition a été confié à l’artiste québécois, Grégory Charles, qui n’a pas manqué d’étayer l’ouverture du forum d’une chanson de Gilles Vigneault.

(crédit photo : Nathalie Simon-Clerc)

Laisser un commentaire