Gros succès pour Eddy de Pretto à Montréal (en photos)

Il y a ceux qui le connaissaient et ceux qui le découvraient. Eddy de Pretto a su conquérir le public du MTélus dimanche dernier, dans une salle pleine à craquer. C’était une première visite pour le jeune prodige français et un examen de passage réussi dans le cadre des Francos de Montréal. D’ailleurs, l’organisation s’était ravisée devant le succès des réservations, en octroyant une salle plus grande que l’Astral initialement prévue, au rappeur français. En première partie, les Montréalais ont pu découvrir Clara Lucciani qui s’est taillée, elle aussi, un succès à la hauteur de son talent prometteur.

Par Nathalie Simon-Clerc

Décor minimaliste, un batteur, une scène enfumée, une ambiance « noir et blanc », un iPhone branché qui traîne sur la scène et la voix chaude d’Eddy de Pretto envahit la salle. Casquette et chandail blancs, pantalon camouflage et baskets blanches aux pieds, le jeune rappeur français découvre son public québécois, qui l’accueille avec une clameur. Plus de 2 000 personnes découvrent enfin ce jeune « banlieusard » français qui joue avec les mots entre rap et variété. L’exceptionnel jeu de lumières complète la présence du jeune artiste sur scène.

Il parle peu, chante beaucoup, mais n’oublie pas de remercier le public: « Mon disque n’est sorti que depuis trois mois et vous avez été nombreux à vous le procurer. Je vous en remercie ». Son premier album, Cure, est repris par le public, surtout les titres comme « random », « Jimmy » ou « kid ». Le public est étonnamment éclectique, de 7 à 77 ans… Il danse, scande, chante, les bras en l’air et n’oublie pas de rappeler le héros à la fin du concert en scandant: « Eddy! Eddy! Eddy!…. »

« J’ai été très ému par l’accueil que j’ai reçu ici, à Montréal », a-t-il confié hier en conférence de presse. L’artiste français sera de retour à Montréal le 2 septembre prochain dans le cadre du Festival Mile Ex End.

Magnifique Clara Luciani

En première partie, Clara Luciani avait mis la table d’une magnifique soirée. La jeune artiste au longs cheveux noirs et aux allures de mannequin joue de la guitare électrique. Clavier, batterie, guitare et basse complètent la formation. Visiblement tendue dès les premières notes, elle reçoit un accueil enthousiaste du public du MTélus. « C’est impressionnant », lâche-t-elle au public avant de s’emparer définitivement de la scène. 

Elle interprète les chansons de son album, Sainte-Victoire, et tient la scène durant quarante minutes. On en aurait voulu plus…

Le 9 juin, Clara Luciani était également en concert gratuit dans la zone Coors Light.

Le programme complet des Francos de Montréal: http://www.francosmontreal.com/

(crédit photos: Nathalie Simon-Clerc – Tous droits réservés)

 

 

 

 

Laisser un commentaire