La France célèbre le 14 juillet au Canada, en rappelant le chemin parcouru vers la paix

Le Canada a vibré en bleu-blanc-rouge hier à l’occasion de la célébration du 14 juillet. Au quatre coins de ce vaste pays, les autorités diplomatiques et consulaires, ont célébré les valeurs de la République avec de nombreux invités. Le ton fut donné à Ottawa par l’Ambassadeur de France, Philippe Zeller, qui a célébré la fête nationale aux couleurs du centenaire de la Première Guerre mondiale.

C’est en français, en anglais mais aussi en allemand, que Philippe Zeller, ambassadeur de France au Canada, a prononcé son discours hier à Ottawa devant de nombreuses personnalités. Alors que la France entrait en guerre contre l’Allemagne il y a 100 ans, et que les Alliés débarquaient en Normandie il y a 70 ans, le diplomate a évoqué le chemin parcouru sur les traces de la paix en Europe, en réaffirmant l’amitié franco-allemande. Il en veut pour preuve la récente victoire allemande en finale de la Coupe du monde, et les nombreuses étapes du Tour de France gagnées par des cyclistes allemands, qui résonnent comme des marqueurs de relations diplomatiques appaisées.

Philippe Zeller a également tenu à célébrer l’amitié entre la France et le Canada, et les nombreux liens qui unissent les deux pays. À côté de la diplomatie économique, c’est également la culture française que l’Hexagone souhaite promouvoir à l’étranger. L’Ambassadeur de France a rappelé le lancement du site francecanadaculture.org au printemps dernier, véritable carrefour numérique de l’art français en terre canadienne . Il a enfin invité l’assistance à visiter l’exposition Galerie F, qui souligne le savoir-faire français, entre culture, tradition et économie. Mais ce sont également trois 2CV Citroën qui furent l’attraction de cette réception.

14juil_QuébecA Montréal, le Consul général de France, Bruno Clerc, a tenu un discours dans le même ton, auprès de 300 personnes, rassemblées au Musée des Beaux-Arts. Dans un discours vibrant, il a salué le sacrifice des soldats canadiens venus en Europe pour défendre la paix et la démocratie. En présence de Denis Coderre, maire de Montréal, Richard Bergeron, chef de l’Opposition à l’Hôtel-de-Ville, Robert Poëti, ministre provincial responsable de la région de Montréal, les invités ont pu également se retrouver autour des buffets préparés par les commanditaires. Mais c’est aussi la présence remarquée de Dany Laferrière, nouvellement élu à l’Académie française, qui a ravi les invités français et canadiens.

Même ambiance à Québec, ou 300 personnes ont pu célébré le 14 juillet autour du Consul général de France, Nicolas Chibaeff. La réception se déroulait dans la Salle des Promotions du Pavillon Camille-Roy du Séminaire de Québec, nouvellement restauré. Le Consul général a rappelé que c’est dans cette salle, que le Général de Gaulle, a livré son premier message visant le développement des échanges universitaires entre le Québec et la France, en 1960. Il a salué le « chemin impressionnant parcouru par les Québécois et les Français pour développer les échanges » depuis 54 ans.

Dimanche, c’est l‘Union française de Montréal qui avait donné le coup d’envoi des festivités du 14 juillet, en organisant une après-midi dansante avec accordéon, guitare et danses bretonnes. Le vice-président Cédric Dumoulin, en a profité pour remercier les généreux donateurs de l’association : le ministère des Affaires étrangères pour 5000$, le député de la circonscription d’Amérique du nord, Frédéric Lefebvre, pour 10 000 euros, les sénateurs des Français de l’étranger, Jean-Yves Leconte et Kalliopi Ango-Éla, pour 10 000 et 19 000 euros. Le vice-président s’est félicité de ces dons, preuves que « la France nous regarde encore », et qui vont permettre « d’arrêter d’être en mode survie ». Marie-Anne Bouygues-Leclerc qui gère l’association depuis tant d’années, a également indiqué qu’elle quittait son poste dans les prochaines semaines.

(crédit photo : Rozenn Nicolle et Margaud Castadère-Ayçoberry)

Plus de détails dans les reportages à venir cette semaine, avec nos journalistes Margaud Castadère-Ayçoberry (Québec), Maëlle Besnard (Montréal), Rozenn Nicolle et Nathalie Simon-Clerc (Ottawa).

 

Laisser un commentaire