Le Festival international de la BD de Montréal attend 15 000 personnes en mai

Le Festival BD de Montréal (FBDM) revient en force pour la 6e année consécutive au Parc Lafontaine. Afin de clore avec superbe le mois de la Bande Dessinée, le FBDM se tiendra les 26, 27 et 28 mai prochains et, avec son programme qui s’adresse autant aux petits qu’aux grands, il compte bien attirer encore plus de visiteurs que les années précédentes.

Par Félix Lacerte-Gauthier et Alizée Calza

La conférence de Presse

C’est au coeur du Parc La Fontaine, dans la salle de réception de l’Espace La Fontaine, qu’avait lieu l’annonce de la programmation du FBDM. D’entrée, le décor met le spectateur dans l’ambiance ; des vitrines dans lesquelles se trouvent des bandes dessinées publiées dans le magazine Les Débrouillards longent le mur et guident le public vers la salle de conférence. Celle-ci est également décorée pour l’ambiance. Des lieux emblématiques de Montréal sont présentés à travers des extraits de différentes bandes dessinées. Le pont Jacques-Cartier est par exemple vu à travers les dessins de Michel Rabagliati (la série Paul) et d’Albert Chartier (Onésime) entre autres.

La conférence a d’abord débuté par une présentation de l’auteur et éditeur Luc Bossé, qui parlait de l’aspect bilingue de la programmation du festival. La directrice générale du FBDM, Johanne Desrochers, s’est ensuite présentée, avant de dévoiler la programmation du festival. Quatre journalistes spécialisés en BD, Sophie Pouliot, Catherine Brunet, Audrée Archambault et Robert Laplante ont par la suite été invités à débattre de l’état de la BD au cours d’une table ronde qui a clos la conférence.

Le mois de la Bande dessinée

Pendant tout le mois de mai à Montréal, la bande dessinée sera à l’honneur. Les 47 bibliothèques de la ville proposent des activités liées à ce livre coloré souvent sous-estimé. De nombreuses expositions ont également lieu dans différents lieux de la ville.

Pour fêter les 35 ans de leur magazine de vulgarisation scientifique, Les Débrouillards présentent ainsi une exposition au studio 5 qui met en vedette les principaux bédéistes québécois qui ont publié régulièrement dans le magazine.

D’après l’idée du bédéiste Michel Viau, 20 panneaux affichés à l’espace La Fontaine permettent de visiter des lieux emblématiques de Montréal à travers leurs représentations dans des bandes dessinées.

Finalement depuis le 6 mai, treize bédéistes montréalais exposent des planches exclusives dans les rues de Montréal pour vous faire découvrir des lieux historiques ou méconnus du Plateau-Mont-Royal et de Rosemont-la-Petite-Patrie.

Les nouveautés du festival

En plus d’un souci particulier pour l’environnement, pour l’édition 2017, le Festival de la BD de Montréal se veut bien plus participatif. Cette année, le festival ne laissera personne de côté puisque de nombreuses activités ont été créées pour les très jeunes enfants. Toujours dans cette volonté d’unification, le festival a décidé de rejoindre encore plus les Canadiens anglais que l’année précédente en invitant des artistes de ces régions comme Nina Bunjevac, Joe Ollmann et Jillian Tamaki.

Le festival accueille également une brochette multinationale d’artistes invités. Lors de la dernière fin de semaine de mai, vous pourrez ainsi rencontrer des bédéistes originaires d’Europe comme l’Allemand Andreas, le Belge Max de Radiguès ou Catel et Bocquet et Trondheim et Findakly venus directement de France.

Les musiciens ne seront pas non plus oubliés puisque Jeunesses Musicales Canada a répondu à l’appel à projet du festival et proposera des activités afin de créer une trame sonore au BD.

Johanne Desrochers anime la table ronde

L’entrevue avec Johanne Desrochers, directrice du festival BD de Montréal:

(crédit photo: Nathalie Simon-Clerc)

Pour voir la programmation plus en détail sur le site officiel de l’événement: http://www.fbdm-montreal.ca/en/

 

Laisser un commentaire