Fary, l’humoriste qui touche au style

Fary, qui remplit déjà des salles Paris a fait son grand retour au festival Zoofest de Montréal. On l’avait déjà remarqué l’année dernière lors du Cabaret des Maudits Français ou ses sketchs sur la mode et l’image de soi avaient déjà fait un malheur. Sugar Sammy lui a ouvert les portes de son All Star Comedy Club France, mais il aura aussi partagé l’affiche avec Thomas Wiesel.

Par Manon Lefevre-Mons

Grandes dreadlocks noires, lunettes et vêtements à la pointe de la mode. Ces caractéristiques nous font penser à Fary, jeune humoriste très talentueux. Plus jeune, il était un grand fan d’Eli Kakou et Jamel Debbouze, au point de refaire leurs sketchs dans son salon. C’est parce que sa famille a cru en lui qu’il a pu partager une affiche avec Sugar Sammy lors du Zoofest. « Mon oncle avait une association au profit des enfants du Cap Vert., et il faisait des spectacles trimestriels, dans lesquels les enfants pouvaient faire du chant, de la danse, c’est là-bas que j’ai fait mon premier sketch. » Ensuite, il a rencontré un professeur d’Histoire au lycée qui écrivait des pièces de théâtre et qui s’était promis d’écrire un one man show pour Fary. C’est chose faite !

Conrad_Vitasse_L'Outarde_libérée_All-Star_Comedy-France_Zoofest16-9Alors que le public québécois l’avait découvert l’année dernière lors du Cabaret des Maudits Français, pour Fary « c’était vraiment dur de faire un 7 minutes et être efficace. » Il est vrai que lorsque les artistes ont de petites durées de one man show, ils ont souvent moins de temps pour happer le public et les faire rentrer dans leur univers. Cette année, les prestations étaient un peu plus longues dans le All Star Comedy Club France, mais Sugar Sammy (l’investigateur de la soirée) a donné toutes sortes de conseils. « Sammy nous a beaucoup aidés sur ce lien avec Montréal, sur les mots à utiliser, mais aussi sur le côté show ou il ne doit pas y avoir de moments mous dans le spectacle. » C’est aussi au contact de Kyan Khojandi que Fary apprend sur le métier, même si les deux humoristes se connaissent vraiment bien « Travailler avec Kyan, c’est comme retrouver un vieux camarade, on se connaît depuis longtemps. C’est quelqu’un qui fait énormément de bien au stand-up français. »

Fary est tout simplement la nouvelle génération du stand-up français. Celui qui a commencé pour sa famille, pour finir sur de très belles scènes parisiennes et françaises. C’est aussi ce genre d’humoriste qui touche à tout, mais surtout à la vie des gens, à leur quotidien. Même si Fary est plutôt porté sur la mode « Moi je joue beaucoup avec le style, ce que je mets sur scène. Et ici, à Montréal, on s’est vite rendu compte que les gens s’en foutent du style. Il a fallu s’adapter pour un humour beaucoup plus universel. » Et c’est ici que réside la clé d’un humour que tout le monde peut comprendre, où l’humoriste doit s’adapter sans perdre l’essence de son sketch. Fary est en phase de décollage, pour un avenir plus que prometteur.

(crédit photo : Conrad Vitasse)

Laisser un commentaire