De la France au Yukon : La famille huskies

Tout plaquer pour vivre pleinement ses rêves. En quittant la France, Christelle Houdry et son compagnon Thomas Vérin n’ont pas fui la morosité ou la crise économique. Leur histoire au Canada est à la fois similaire et différente de celle de tant d’autres, qui chaque année, franchissent les frontières de l’immigration.

Par Johan Demarle, journaliste-reporter au Yukon, Octogone Report

Passionnés tous les deux par les chiens et le mushing qu’ils pratiquent en famille, l’installation au Yukon, territoire du Nord canadien, était une évidence pour la famille Vérin-Houdry. « Être musher, c’est 365 jours par an. Ça peut sembler difficile, certains jours (…) mais c’est notre plaisir d’être constamment avec nos chiens, et de les faire courir dans la nature », raconte Thomas Vérin, qui cumule près de 16 ans d’expérience dans la pratique du mushing. « Nous sommes partis de France, car nous en avions assez des distances qui était trop réduites, ici, tu te retrouves en pleine nature, à longer des montagnes, à croiser des caribous ou des élans, c’est immense ! », précise ce père d’un enfant de quatre ans.

Jim, son fils, qui écoute sagement l’entrevue qui se déroule sous ses yeux, sait lui aussi monter sur un traineau. Il s’exerce au mushing depuis l’âge de deux ans. Ce qu’il adore faire au Yukon ? Le garçonnet indique avec l’innocence de son âge qu’il aime mettre de la neige dans son seau et faire du traineau avec son père.

Voici une expérience vidéo unique! Cette ballade en sled est tournée par Johan dans la forêt boréale avec une caméra 360. Cliquez sur les flèches en haut à gauche pour choisir votre angle de vue :

Le territoire du Yukon, qui partage une de ses frontières avec l’Alaska, ne compte que 37 000 habitants pour une superficie à peu près équivalente à celle de la France. Le Yukon est le seul des trois territoires du Nord du Canada à avoir adopté le français et l’anglais comme langues officielles. L’évènement phare de ce territoire nordique est la Yukon Quest. Une course de 1 000 miles qui relie chaque année Whitehorse, la capitale du Yukon, à Fairbanks en Alaska. « Le but ultime, ce serait bien-sûr de faire cette course qui est l’une des plus difficiles au monde, mais pour ça, il faut nous entraîner », explique Thomas Vérin.

Avec 21 chiens de race Alaskan husky, le chenil de ce couple baptisé Alpen Huskies, leur permet pas à pas d’atteindre l’objectif de se présenter au départ de cette réputée course en 2018. « Notre philosophie, c’est de voir grandir nos chiots et d’essayer de les connaîtres à 100 % », conclut Thomas Vérin. En équilibrant les personnalités, les forces et les faiblesses de chaque chiens, les mushers tentent ainsi d’obtenir la meilleur équipe sportive.

Christelle Houdry relève qu’au delà de ce sport, l’intérêt pour le Nord du Canada se retrouve dans sa vie de famille. « Nous vivons entourés par la nature et ça c’est quelque chose d’unique », explique la musheuse. Elle constate que leurs chiens les aident dans leurs vies de tous les jours.

Plus de nature, plus d’aventure, cette famille ouvrira très prochainement sa compagnie de tourisme. Christelle Houdry et Thomas Vérin avec l’aide du petit Jim, vont également construire leur propre cabane, et vivre encore plus près de la forêt boréale.

Laisser un commentaire