Et si l’écurie Renault e.Dams venait gagner le premier e-Prix de Montréal l’année prochaine?

La semaine dernière, Denis Coderre a dévoilé les détails de l’arrivée de la Formule e (électrique) à Montréal, dont les dernières courses de la saison se dérouleront les 29 et 30 juillet 2017 dans Ville-Marie. Bien plus qu’un course de voitures électriques, cette compétition sera l’occasion de promouvoir les énergies propres et pour l’écurie Renault e.Dams d’Alain Prost, de gagner peut-être en terre francophone.

Par Nathalie Simon-Clerc

« On veut attirer l’attention sur l’énorme problème du réchauffement climatique et dire que les voitures électriques sont une partie très importante de la solution », assène Alejandro Agag, le fondateur et directeur de la Formule e, le 21 octobre dernier à Montréal. Il salue le « petit groupe » qui a cru en son projet en 2012, lorsqu’il a lancé une course de monoplaces électriques. Parmi eux, Leonardo Di Caprio et… Denis Coderre.

denis_coderreLe maire de Montréal a dévoilé les détails de la première édition du e-Prix de Montréal qui clôturera la 3e saison de ce jeune championnat, en compagnie d’Alexandre Taillefer, président d’honneur du Montréal e-Prix 2017, de Nelson Piquet Jr, champion 2014-2015 et de Sylvain Vincent, président de Montréal c’est Électrique!, OBNL créée pour l’occasion et qui aura également pour mission de promouvoir l’électrification des transports.

La Formule e, point de convergence des technologies de l’environnement

dsc_0287« La Formule e démontre que l’on peut prendre soin de l’environnement et s’amuser », assure le maire de Montréal, qui souhaite un évènement familial et festif, mais qui soit aussi le lieu ou les expertises de Montréal en matière d’énergies propres pourront s’exposer au monde entier. « Cette course est une vision et une mission, ajoute le maire Coderre, car nous avons l’énergie la plus propre au monde, le talent et les compétences pour devenir une référence mondiale ».

Alejandro Agag croit que « la Formule e va devenir l’endroit ou toutes les nouvelles technologies liées à l’environnement et au futur vont converger ». D’ailleurs, une course de voitures pilotées par des robots est déjà au programme du e-prix 2017.

Un championnat qui fait la part belle à Renault

Le e-Prix de Montréal comprendra deux courses, qui seront les dernières de la saison, et qui pourraient bien décider du champion 2016-2017. Le circuit, volontairement tracé au cœur de Montréal, sera long de 2,75 kilomètres, comprendra 14 virages, sur Viger Est et René-Levesque, entre Papineau et Berry, autour de la maison de Radio-Canada. Mues par des batteries, dont un changement est opéré en milieu de course, les monoplaces peuvent atteindre des pointes de vitesse jusqu’à 265 km/h.

Le tracé du e-Prix de Montréal dévoilé le 21 octobre 2016
Le tracé du e-Prix de Montréal dévoilé le 21 octobre 2016

Dix équipes et vingt pilotes se disputent le championnat. Le constructeur Renault fournit ses moteurs Renault Z.E 16, à deux équipes, dont celle fondée et dirigée par Alain Prost, Renault e.Dams, qui a remporté le championnat 2015-2016 avec son pilote suisse Sébastien Buemi. Son co-équipier, Nicolas Prost, fils du grand champion français, se classe régulièrement parmi les meilleurs. Il a notamment remporté les deux dernières courses de la saison 2015-2016 à Londres.

Nelson Piquet Jr, 1er champion de l'histoire de la Formule e, dont la père a gagné deux fois à Montréal en Formule 1
Nelson Piquet Jr, 1er champion de l’histoire de la Formule e, dont la père a gagné deux fois à Montréal en Formule 1

La Formule e sera sans nul doute, l’un des évènements majeurs des festivités du 375e anniversaire de Montréal. La Ville de Montréal l’a volontairement ancré au cœur de la cité, d’une part pour qu’il se distingue du Grand Prix de Formule 1, mais aussi pour qu’il soit familial. « Amenez les enfants, car ce sont eux que l’on doit convaincre d’acheter une voiture électrique lorsqu’ils conduiront », plaide Alejandro Agag.

Le championnat de Formule e est retransmis sur RDS : www.rds.ca/courses/formule-e

(crédit photo : Nathalie Simon-Clerc – photo de Une : une entente de trois ans est signée entre Alejandro Agag et Sylvain Vincent)

Laisser un commentaire