Éric Debroise avait invité Alexandre Bissonnette à ses réunions politiques

Alors que le Québec cherche à cerner les motivations d’Alexandre Bissonnette, l’étudiant de l’Université Laval qui a abattu six personnes à la Mosquée de Québec dimanche soir, un Français de Québec, Éric Debroise l’a rencontré il y a quelques semaines. Co-fondateur d’Aventis Conseil, bien connu de la communauté française de Québec notamment pour son engagement politique, Éric Debroise organise régulièrement des groupes de réflexions politiques auxquels le tueur a participé.

Éric Debroise reconnait que le portrait d’Alexandre Bissonnette dressé par les médias est exact. « Il parlait peu, il était plutôt introverti », commente le jeune professionnel qui n’a vu le tueur qu’une fois ou deux lors de ses rencontres politiques, créées pour débattre et socialiser. « C’est un de mes amis de l’Université Laval qui l’avait amené, explique M. Debroise, il était étudiant en sciences politiques, c’était intéressant qu’il se joigne au groupe ». Passionnés de politique québécoise ou française se rencontrent ainsi régulièrement de manière informelle, autour d’une bière et d’une frite, pour débattre de problématique comme la dette publique, l’écologie ou le service public.

Un discours pro-Le Pen et pro-Trump

Pourtant, le passionné de politique se souvient qu’Alexandre Bissonnette a voulu entraîner le débat sur les idées de Marine Le Pen. Éric Debroise s’y est opposé immédiatement et a coupé court à tout débat sur le Front national. C’est aussi la question des juifs que le tueur aurait voulu évoquer lors d’une rencontre.

Récemment, le jeune chef d’entreprise a vu ses publications Facebook commentés par Alexandre Bissonnette, qui s’étonnait que l’on s’émeuve de la mort de Fidel Castro, juste un dictateur à ses yeux. Il éprouvait également une certaine sympathie pour Donald Trump, « élu légalement par les électeurs américains ». 

Lorsqu’il a appris le drame et l’identité du tueur, Éric Debroise ne s’est pas souvenu immédiatement l’avoir rencontré, tant il était effacé. C’est en vérifiant parmi ses amis Facebook qu’il s’est souvenu l’avoir accueilli dans l’un des groupes de discussion.

Éric Debroise est également l’auteur d’essais et d’article sur l’islamophobie. Triste clin d’oeil du hasard…

(crédit photo: Facebook – Éric Debroise et Régis Labeaume, maire de Québec)

Laisser un commentaire