Entrevue avec Marc Bouchkov : « Le violon est ma seconde langue »

Par Sarah Laou

Le brillant violoniste belge, Marc Bouchkov, premier prix de violon du 12e Concours musical international de Montréal, était de passage au Québec pour une représentation unique avec le réputé Orchestre de Chambre McGill (OCM), le 5 mai dernier à la salle Bourgie Hall. Rencontre avec un jeune artiste talentueux à la personnalité atypique. 

Avoir le feu sacré tout en gardant la tête sur les épaules, c’est le grand écart que parvient à réaliser Marc Bouchkov, 24 ans, violoniste soliste. Depuis 2003, le jeune homme, qui a grandi entre la France et la Belgique, collectionne les prix, les distinctions et les récompenses. Il remporte d’ailleurs le très prestigieux Concours musical international de Montréal en 2013. Né dans une famille de musiciens d’origine russe,  il apprend le violon à 4 ans « comme une langue maternelle (…) ou une deuxième langue » explique-t-il. Encensé par la critique, fort sollicité en Europe, mais aussi en Russie et au Canada, cet ancien élève du Conservatoire national supérieur de musique de Paris dispose d’un agenda bien rempli et multiplie depuis plusieurs mois les voyages.

Si le jeune artiste est conscient du « buzz médiatique » que les concours génèrent et du « formidable tremplin » que ces derniers représentent, il reste cependant lucide : « Les concours m’ont appris à me préparer physiquement et mentalement pour une performance. Mais surtout, après les concours, j’ai appris qu’il ne faut pas se reposer sur ses lauriers. Si on a réussi quelque chose, ça ne veut rien dire, il faut continuer. (…) C’est là que ça commence à devenir difficile. Réussir à voir la vie comme un concours, mais à plus grande échelle. »

Il faut dire que Marc Bouchkov est un personnage peu commun. Sur scène, comme en entrevue, le violoniste dégage un fort charisme et une belle énergie.  Enjoué, profond, habité par son art, il diffuse avec générosité et intensité tout le plaisir qu’il a de jouer. Une sensibilité à fleur de peau au service d’une technique irréprochable ; une finesse d’esprit et de jeu, mais aussi un côté instinctif, audacieux, libre… c’est ainsi que l’on pourrait qualifier Marc Bouchkov qui a séduit profanes et mélomanes lors de sa performance à la salle Bourgie Hall, le 5 mai dernier.

Dans la nef de l’église transformée en salle de concert, accompagné par l’excellence du plus célèbre orchestre de chambre canadien : l’OCM sous la direction artistique de Boris Brott, Marc Bouchkov a joué devant plus d’une centaine de personnes : le Concerto pour violon en ré mineur de Félix Mendelsshon, le Concerto pour violon en sol majeur de Franz Joseph Haydn, ainsi qu’une composition personnelle très appréciée par le public.

Entrevue audio avec Marc Bouchkov :

Crédit photo: Nikolaj Lund

http://www.bouchkov.com/

Laisser un commentaire