Entretiens Jacques Cartier, « la bougie d’allumage » de la connaissance entre la France et le Québec

La semaine dernière, la 30e édition des Entretiens Jacques Cartier s’est clôturée sur un nouveau succès. Près de 3000 personnes du monde de l’entreprise, de l’université, de la diplomatie ou de l’administration municipale ont échangé autour des enjeux de ville intelligente, de mobilité durable ou encore d’entrepreneuriat au féminin.

Par Nathalie Simon-Clerc

« C’est la première fois que l’on fait travailler le MEDEF et la Ville de Montréal ensemble, sur l’entrepreneuriat au féminin », explique Frédéric Bove. Le directeur général du Centre et des Entretiens Jacques Cartier considère son organisation comme « une forme de laboratoire (…) qui crée du réseau autour de la connaissance et du contenu ». « C’est en ça que le Centre Jacques Cartier est vraiment une organisation unique », ajoute-t-il.

Chaque année, les Entretiens Jacques Cartier se réunissent en région Rhône-Alpes ou au Québec. Cette année, 375e anniversaire oblige, c’est Montréal qui accueillait conférences et participants du 16 au 18 octobre. Aux conférences sur des sujets stratégiques comme la ville intelligente ou le multiculturalisme, s’est ajouté cette année, un temps de réseautage.

« Nous sommes une bougie d’allumage »

Les Entretiens Jacques Cartier mettent l’accent sur les sujets d’aujourd’hui et de demain, « sur des sujets à défricher », précise Frédéric Bove. L’organisation provoque des rencontres de part et d’autre de l’Atlantique, qui aboutissent régulièrement à des collaborations entre Unités de recherche, entre universités ou entre entreprises. « Nous sommes une bougie d’allumage », résume le directeur du Centre Jacques Cartier.

« Le savoir et la connaissance naissent dans les universités, mais aussi dans les entreprises et chez les individus. C’est nouveau, c’est une prise de conscience, c’est un mouvement collectif qui embrasse beaucoup plus de monde, c’est plus diversifié », se réjouit M. Bove dont l’objectif, pour cette 30e édition, était justement de toucher un public plus jeune, plus large et plus diversifié.

« Vouloir comprendre l’autre »

Les conférences permettent également aux participants de connaitre et vouloir comprendre l’autre. Ce fut le cas pour la conférence sur le multiculturalisme.

De même, la vision de la ville intelligente à Lyon ou à Montréal est parfois différente car il faut comprendre les structures municipales ou métropolitaines, qui n’ont pas forcément les mêmes compétences ou les mêmes cultures.

Il met également l’accent sur l’aspect « trans-sectoriel » du monde de demain, que les conférences essaient de traduire. « On est dans une révolution industrielle, ce n’est pas une révolution digitale, car il y a une remise en question de notre rapport au travail, notre rapport à la santé, notre rapport au transport ou encore à la mobilité », assure-t-il.

Cette compréhension de l’autre et du monde dans lequel on vit est essentiel à ses yeux : « La rapidité de la société dans laquelle on vit, oblige à développer une réactivité et de la compréhension de la situation et de l’autre. Ça devient un enjeu ».

La 30e édition s’est déroulée à Montréal, Laval, Lac-Mégantic, Québec, Sherbrooke.

La 31e édition se déroulera en France, à Lyon, Grenoble, Clermont-Ferrand, Saint-Etienne.

Les Entretiens Jacques Cartier: centrejacquescartier.com

(crédit photo: Facebook – Damien Fière)

Laisser un commentaire