Entreprise, le label français qui aime le son britannique et la langue du Québec

Les Disques Entreprise est un label né il y a cinq ans. Fondé par Benoît Trégouet et Michel Nassif, c’est le volet francophone du label Third Side Records. Réunissant des artistes de chanson française alternative, les disques Entreprises se démarquent en produisant des groupes éclectiques et originaux, tels que les Québécois Paupière. C’est justement grâce à ces choix francophones hors du commun que le label s’exporte à travers le monde. Joint par Skype le 24 Janvier, Benoît Trégouet nous a parlé des cinq années du label et de celles à venir.

Par Camille Balzinger

Quels artistes peuvent prétendre faire partie d’Entreprise ?

Benoît : « Le label, au début, cherche le coup de cœur. Mais le coup de cœur qui chante en français : on cherche des groupes francophones et alternatifs. Par exemple, on a produit en 2013 le single Sur La Planche groupe français La Femme, plus tard sorti sur l’EP Podium#1. »

Pourquoi se mettre à chercher des groupes francophones hors de France, comme Paupière, au Québec ?

Benoît : « L’utilisation faite du français, tant dans les sonorités que dans les mots en eux-mêmes, qui nous intéresse. Ce traitement du son finalement très Britannique nous parle lorsqu’il est transposé au langage qu’est le français : faire se marier les sonorités de la musique et des mots. Au Québec, c’est cela qui nous attire, cette façon de faire la musique.

Mais c’est aussi la rencontre et le lien fort avec Lisbon Lux Records [label Montréalais, distributeur du groupe Paupière en Amérique du Nord, ndlr] et son fondateur, Julien Mano, qui a mené à cette collaboration pour distribuer Paupière en France. Nos artistes ont par ailleurs été soutenus et invités par les Francofolies de Montréal à plusieurs reprises. On fait, on aime la francophonie au sens large, c’est à cela qu’aspire le label. »

Faut-il s’attendre alors d’autres collaborations avec le Québec ?

Benoît : « Celle-ci était la première collaboration, et elle va dans le sens qu’on souhaite prendre pour les futures collaborations, non seulement parce que c’est le Québec, mais surtout pour l’utilisation différente du français. On se dirige vraiment vers une francophonie au sens large, pourquoi pas chercher des artistes de pays francophones d’Afrique par exemple, de Belgique ou autres.

Après avoir passé du temps au Québec j’ai réalisé que ce dernier ressemble bien moins à la France qu’on pourrait le croire. On y parle la même langue, mais il y a des réelles différences. Ce n’est donc pas forcément l’identité Québécoise mais aussi le rapport à l’écriture et l’expression orale en elle-même qui démontrent qu’au sein de la communauté francophone existent des possibilités infinies de création musicale. C’est cela qu’on recherche.»

Pour consulter les artistes produits par le label : https://www.lesdisquesentreprise.fr/

Pour la compilation spéciale cinq ans : https://www.lesdisquesentreprise.fr/lesnouvelles/2018/1/12/anne-5-une-compilation-est-maintenant-disponible-

Pour la playlist tout droit venue du Canada : https://www.lesdisquesentreprise.fr/playlists-1/2015/10/13/chicchocaucanada

(crédit photo: Entreprise – Richmon Lam – Le groupe québécois Paupière)

Laisser un commentaire