Élections sénatoriales pour les Français de l’étranger: la gauche a voté, la droite s’interroge

Les élections sénatoriales seront la dernière échéance nationale de 2017, après l’élection présidentielle et les élections législatives. C’est en septembre 2017 que la moitié du Sénat sera renouvelé. À cette occasion, le mandat de six des douze sénateurs des Français de l’étranger sera remis en jeu pour une nouvelle période de six ans. À gauche, la liste d’Hélène Conway-Mouret a remporté l’investiture, tandis qu’à droite, la victoire de François Fillon a rebattu les cartes; les conseillers à l’AFE réclament même une primaire pour désigner leurs candidats.

Par Nathalie Simon-Clerc

Du côté de la gauche, c’est Hélène Conway-Mouret qui conduira la liste de gauche, dont le second est Jean-Yves Leconte. La liste a fait l’objet d’un scrutin interne au parti socialiste, qui a placé Ramzi Sfeir, 1er secrétaire du parti socialiste à Montréal, en 6e position. Hélène Conway-Mouret a recueilli 65% des voix. Les résultats devraient être ratifiés le 17 décembre prochain, lors d’une convention nationale du PS consacrée aux investitures.

Pour les sortants de droite, rien n’est encore arrêté. La sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam « souhaite une liste unique de la droite et du centre » et elle est candidate pour la mener. Le sénateur Louis Duvernois considère que la primaire de la droite a rebattu les cartes et que l’élection sénatoriale est encore loin. Il précise : « Le président du Sénat, Gérard Larcher, a été nommé dans le nouvel organigramme Les Républicains pour établir une liaison et chercher une coordination avec le groupe UDI, partenaire des Républicains au Sénat. Pour mémoire, le président du groupe UDI au Sénat est le sénateur François Zochetto, soutien de François Fillon. De ces pourparlers politiques, se dessineront les contours des investitures aux législatives et aux sénatoriales. » De plus, il rappelle que Alain Juppé comme François Fillon, avaient  indiqué que « les pré-investitures accordées avant le premier tour des primaires feraient l’objet d’un réexamen après le 2e tour ». Le sénateur Duvernois ne se prononce donc pas sur les élections sénatoriales pour le moment.

Une primaire pour constituer la liste de la droite et du centre

Par ailleurs, le bureau de l’ADCI, Alliance de la Droite, du Centre et des Indépendants, de l’Assemblée des Français de l’Étranger (AFE), souhaite organiser une primaire (*) dès le début de l’année prochaine, pour désigner les candidats de la liste de la droite et du centre pour la prochaine échéance électorale. S’appuyant sur le succès de la primaire pour l’élection présidentielle, l’ADCI souhaite que les élections sénatoriales répondent « aux mêmes exigences démocratiques. » Les conseillers à l’AFE justifie leur démarche : « Notre objectif est de pouvoir sélectionner les meilleurs candidats pour permettre à la liste que nous soutiendrons de gagner le maximum de sièges. » Ils souhaitent une représentation géographique équilibrée pour assurer le succès de leur démarche. Ils précisent également qu’ils veulent « offrir à toutes et à tous la possibilité de se présenter à cette primaire qu’il soit sénateur sortant, élus à l’AFE, délégué ou conseiller consulaire ou simple citoyen inscrit parmi les Français de l’étranger », et condamnent déjà la multiplication des listes qui pourrait entraîner la perte de sièges.

D’ailleurs, au rang des candidats, Jean-Pierre Bansard pourrait de nouveau tenter sa chance en présentant une liste de l’Alliance Solidaire des Français de l’Étranger, sur laquelle François Lubrina, Conseiller à l’AFE pour le Canada, figure en 3e position, même si « rien n’est encore arrêté » selon nos informations. Nos demandes de vérification auprès de Jean-Pierre Bansard sont restées sans réponse.

(*) Les candidats pourront déposer leur candidature entre le 9 et le 20 janvier 2017, s’ils sont parrainés par sept conseillers consulaires répartis sur deux circonscriptions législatives, et moyennant la somme de 500 euros pour couvrir les frais de la primaire.

Joelle Garriaud-Maylam, Jean-Pierre Cantegrit, Hélène Conway-Mouret, Christine Kammermman, Jean-Yves Leconte, Louis Duvernois
Joelle Garriaud-Maylam, Jean-Pierre Cantegrit, Hélène Conway-Mouret, Christine Kammermann, Jean-Yves Leconte, Louis Duvernois

À savoir:

Les sénateurs dont le mandat arrive à expiration en septembre prochain :

  • Jean-Pierre Cantegrit, qui ne devrait pas se représenter
  • Hélène Conway-Mouret (PS)
  • Louis Duvernois (LR)
  • Joëlle Garriaud-Maylam (LR)
  • Christiane Kammermann (LR)
  • Jean-Yves Leconte (PS)

Les conseillers consulaires, conseillers à l’AFE et délégués consulaires constituent le corps électoral des 12 sénateurs des Français de l’étranger.

Laisser un commentaire