Égalité femme-homme: Roland Lescure prépare un rapport « américain »

La semaine prochaine à New-York, le député d’Amérique du Nord, Roland Lescure, remettra à Marlène Schiappa, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, un rapport sur l’égalité femme-homme, issu d’une consultation auprès des électeurs de la circonscription. Contrairement aux autres consultations, près des 2/3 des répondants sont des femmes. Ce rapport viendra alimenter le projet de loi que le gouvernement français présentera fin mars. Au Québec, 80 millions de dollars ont été mis sur la table l’année dernière pour faire « progresser l’égalité entre les sexes ».

Par Nathalie Simon-Clerc

Le rapport « américain » de Roland Lescure viendra s’ajouter aux deux autres rapports présentés fin février 2018 qui doivent alimenter la réflexion du gouvernement et du Parlement français. Le premier rapport de la délégation des droits des femmes de l’Assemblée nationale traite du viol. Le second rapport, commandé par Marlène Schiappa, porte sur la verbalisation du harcèlement de rue.

« C’est la consultation la plus populaire! », se réjouit-on dans l’entourage de Roland Lescure. Plus de 250 personnes ont répondu, 65% sont des femmes et 35% sont des hommes. 62% des répondants habitent au canada, 33% aus États-Unis et 5% ailleurs dans le monde. Les trois thématiques qui ressortent en tête de cette consultation sont l’éducation, l’inégalité dans le milieu du travail et la formation des femmes aux métiers d’avenir

Emmanuel Macron en a fait une des grandes causes du quinquennat. Marlène Schiappa a annoncé un projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles, qui sera présenté fin mars et qui vise notamment à allonger à 30 ans après la majorité le délai de prescription pour les mineurs victimes de viol, à fixer un âge minimal de consentement à un acte sexuel et à pénaliser le harcèlement de rue.

L’égalité professionnelle n’est pas encore acquise en France. Selon la ministre du travail, les femmes gagnent aujourd’hui 9% de moins que les hommes à poste équivalent et 25% en moyenne de moins que les hommes tous postes confondus. Un plan d’action sur l’égalité salariale est prévu d’ici fin mars 2018. À l’Assemblée Nationale, on enregistre une forte progression de la présence féminine, puisque 39% des élus sont des femmes. C’est moins vrai au Sénat.

Entrevue recueillie par l’Outarde Libérée:

Au Québec, le Conseil du statut de la femme… n’est pas suffisant

Au Québec, le Conseil du statut de la femme, organisme gouvernemental de consultations et d’études, créé en 1973, agit à l’intérieur des institutions démocratiques et à l’abri des groupes de pression pour conseiller le gouvernement et informer le public sur toute question en lien avec l’égalité entre les femmes et les hommes. L’année dernière, le gouvernement du Québec a mis en place une stratégie pour faire « progresser l’égalité entre les sexes, dans tous les milieux et dans toutes les régions », assortie d’un budget de 80 millions de dollars sur cinq ans.

Il y a deux jours, afin d’élaborer un nouveau plan d’action gouvernemental en matière de violence conjugale, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Condition féminine du Québec, Hélène David, et la ministre de la Justice, ministre responsable de la région de l’Outaouais et députée de Gatineau, Stéphanie Vallée, ont lancé une consultation publique.

Malgré cela, les femmes restent méfiantes. En effet, mardi, Radio-Canada révélait les conclusions d’une étude au Québec qui montrait que le système judiciaire ne faisait pas forcément preuve d’empathie à l’encontre des victimes d’agression sexuelle. Selon l’étude, les principaux intervenants du système judiciaire comprennent mal la problématique de la violence contre les femmes et font encore preuve de préjugés. Ils invoquent encore la tenue vestimentaire ou la consommation d’alcool. Pire encore, l’histoire de Tammy dont le procureur s’est étonné qu’elle fut agressée « quand [il y a] des jeunes filles beaucoup plus belles qu'[elle] ».

Le directeur des poursuites criminelles et pénales s’est voulu rassurant en indiquant à Radio-Canada que « près de 3000 dossiers de violences sexuelles par année et plus de 10 000 dossiers de violence conjugale par année » étaient instruits.

En 2017, l’affaire Weinstein a libéré la parole des femmes dans le monde entier, notamment sur twitter avec les mots-clés #metoo #moiaussi #balancetonporc grâce auxquels des milliers de femmes ont dénoncé leurs agresseurs.

Une réponse

  1. pelosse chantal
    pelosse chantal at |

    Bizarre , pas consultée ! Le questionnaire était sur quel site ? Combien de réponses ? Pourtant à mon âge vénérable , il me semble avoir été témoin de toute une évolution à la fois positive , à la fois stationnaire , parfois régressive ? CP

    Reply

Laisser un commentaire