Dominique Lemay à Québec : « ces enfants qui s’engagent redonnent la pêche aux adultes »

La semaine dernière, le consul général de France à Québec, Nicolas Chibaeff, recevait Dominique Lemay, fondateur de l’ONG Virlanie. À l’origine de cette rencontre, une petite fille de 10 ans, Pimprenelle, qui a décidé de passer à l’action pour les enfants de Manille, il y a un peu plus d’un an.

« Cette visite, nous la devons à Pimprenelle, qui, touchée par le sort des enfants de Manille, est venue me voir il y a un an », explique Nicolas Chibaeff en préambule. Jeudi dernier, il recevait le fondateur et président de Virlanie, Dominique Lemay, qui œuvre depuis plus de 20 ans aux Philippines pour venir en aide aux enfants de la rue. Au premier rang de ses interlocuteurs lors de sa visite québécoise, Pimprenelle, qui rappelle qu’elle a eu les larmes aux yeux en voyant des enfants de son âge, trier pieds nus les ordures de Manille pour survivre. La tristesse de la fillette a rapidement fait place à l’action, puisque son projet « Mine d’Ordures » a permis de collecter 400 paires de sandales qui iront chausser les petits Philippins dès décembre prochain.

Créer des bibliothèques au Burundi

Mais Pimprenelle a déjà initié un autre projet. Elle veut récolter 3000 livres pour créer des bibliothèques au Burundi, en collaboration avec Diomède Niyonzima, président de l’ONG Kira. Le trentenaire, qui a perdu sa famille lors de la guerre civile au Burundi, a connu la rue, la violence, la drogue et la faim dès l’âge de 11 ans, avant de rencontrer un coiffeur qui lui a permis de survivre et d’étudier. Écrivain et journaliste, M. Niyonzima, a écrit beaucoup de poésies pour dépasser ses malheurs. L’une de ses œuvres a été lue lors des Jeux Olympiques de Londres en 2012.

Il vit au Québec depuis quatre ans, mais retourne régulièrement au Burundi, où il veut créer des bibliothèques dans les écoles, instaurer des conventions de prêt pour que les livres puissent circuler, car la notion de bibliothèques n’existe pas. « Si on ne lit pas, on n’écrit pas », estime M. Niyonzima.

Pimprenelle, qui lit beaucoup de BD et de romans, a convaincu le directeur du collège Stanislas de Québec, d’accueillir la conférence de Dominique Virlanie jeudi dernier, mais aussi de devenir un lieu de collecte de livres pour les futures bibliothèques du Burundi. En attendant de devenir avocate, « pour défendre les gens malheureux », Pimprenelle se verrait bien devenir une fée armée d’une baguette magique, « pour agir sur la pollution, et améliorer la vie des gens pauvres ».

La vision humaniste de ces enfants qui s’engagent

Dominique Lemay et Pimprenelle
Dominique Lemay et Pimprenelle à la résidence consulaire de France à Québec

Dominique Lemay concède avoir été étonné lorsque Pimprenelle l’a contacté il y a plus d’un an maintenant. « Il faudrait beaucoup de Pimprenelle pour que notre société puisse avancer de manière positive », lance le Français, qui vit aux Philippines depuis 30 ans. Il salue la vision humaniste que ces enfants qui s’engagent renvoient à la société. « Il y a de l’espérance, ils redonnent la « pêche » aux adultes », estime-t-il.

Les enfants de Manille vont être informés du geste de Pimprenelle lorsqu’ils recevront les sandales collectées. Mais Dominique Lemay affirme qu’un petit Philippin de 10 ans est très différent d’un petit Québécois du même âge. « Ces enfants sont autonomes, il faut survivre dans la rue », justifie le fondateur de Virlanie.

De plus, ils considèrent que les enfants occidentaux sont riches et qu’ils peuvent donner.

Quant à Nicolas Chibaeff, il a tenu à saluer les initiatives de Pimprenelle et de ses jeunes amis de Stanislas qui l’ont rejointe. « Bravo! Continuez comme ça! Sans cet élan, la vie serait plus âpre et la Terre plus difficile », a conclu le diplomate français.

(crédit photo : Nathalie Simon-Clerc – Pimprenelle pose en compagnie du Consul de France, Nicolas Chibaeff, de Diomède Niyonzima, de Dominique Lemay, de Gérald Bennetot-Deveria, directeur du collège Stanislas de Québec, et d’enfants engagés dans des projets humanitaires)

Projet Mines d’ordures : minesdordures.org/

Projet Changer le monde, un livre à la fois : minesdordures.org/livres-2/

Pour donner des livres, déposez-les au Collège Stanislas de Québec, 1605 chemin Sainte-Foy.

Laisser un commentaire