En visite à Montréal, Dominique Bussereau rassemble la droite locale

Lundi dernier, le Comité AJ de Montréal et les Républicains ont réuni une centaine de personnes, dans le quartier en plein essor de Griffintown, autour de l’ancien ministre Dominique Bussereau, en visite à Montréal pour trois jours. Curieux et partisans d’Alain Juppé, ont écouté le député de Charente-Maritime vanter les qualités du maire de Bordeaux, mais aussi assurer que la droite et le centre devront se retrouver derrière le candidat choisi à l’issue des primaires.

Par Tahia Wan et Nathalie Simon-Clerc

C’est Dominique Bussereau lui-même qui a insisté pour que sa famille politique soit rassemblée. « Je suis membre du bureau politique, c’est notre famille politique », explique l’ancien ministre. C’est ainsi que le Griffin Café a accueilli les partisans d’Alain Juppé pour la primaire, mais aussi les membres des Républicains qui n’ont pas encore fait leur choix, venus pour écouter. Militants, sympathisants, soutiens à Alain Juppé, anciens dirigeants du mouvement gaulliste local, exclus de l’UMP et nouveaux adhérents des Républicains, tous se sont retrouvés pour entendre un discours rassembleur, et poser des questions d’actualité au député Bussereau.

Parmi les problématiques actuelles auxquelles fait face la France, M. Bussereau a évoqué, au début de son discours, l’inquiétude du pays face à la menace terroriste. « Une grande vigilance s’impose et sur cette question, il existe un fort consensus », affirme-t-il.

Du point de vue économique, M. Bussereau déclare que « la situation n’est pas très enviable. » Celui-ci regrette que la nouvelle loi travail n’ait pas pu être votée plus tôt.
Le projet de réforme du code du travail est actuellement devant les membres de la commission des Affaires Sociales de l’Assemblée nationale. Sont critiquées, l’insuffisance de protection pour les salariés mais aussi pour les très petites entreprises et les petites et moyennes entreprises, la complexité du compte personnel d’activité ou encore l’absence de corrélation entre le code du travail et le niveau de chômage.

Par ailleurs et concernant la représentation des femmes en politique, M. Bussereau salue la candidature de la député de l’Essonne, Nathalie Kosciusko-Morizet et de l’ancienne ministre d’État, Michèle Alliot-Marie.

Quant au candidat qu’il soutient, Alain Juppé,  il représente selon lui, « celui qui à le plus d’expérience d’homme d’état de par son ancienne fonction de Maire de Bordeaux. » Mais il soutiendra, au lendemain des primaires, « avec la même force », le candidat qui aura été retenu par les électeurs de droite.

Un reportage de Nathalie Simon-Clerc, Tahia Wan et Théodore Doucet :

 

(photo de Une : le Comité AJ Montréal, avec Dominique Bussereau – crédit : Nathalie Simon-Clerc)

À lire aussi :

Enthousiaste et combatif, Alain Juppé mobilise ses troupes à Montréal

Accueilli par Frédéric Lefebvre à Montréal, Alain Juppé rencontre les militants de l’UMP

Une réponse

  1. Damien Baleine
    Damien Baleine at |

    C’est quand même incroyable de voir certains zigotos donc les lettres d’exclusion de l’UMP ont été signées par Dominique Bussereau venir se pavaner devant lui …

    Reply

Laisser un commentaire