Nathalie Rochefort, ange gardienne de la diversité et de l’intégration

C’est avant tout l’expérience humaine qui a amené Nathalie Rochefort à créer la coopérative de solidarité DeGama en 2014. Tout droit sortie d’un scénario de comédie, l’histoire a commencé par l’arrivée du fils du facteur fraichement débarqué à Montréal…

Par Tahia Wan

« Le jeune homme avait pour objectif de partir travailler à Fermont, sur la Côte-nord, là où aucune route ne mène! Nous lui avons fait rencontrer du monde tout en l’aidant pour ses papiers d’immigration », raconte Mme Rochefort.  

L’histoire de ce jeune homme n’en est qu’une parmi tant d’autres, mais illustre en tout points ce à quoi répond la coopérative de solidarité. L’objectif de la coop DeGama est de mettre a disposition des nouveaux arrivants, un réseau ainsi que des services personnalisés qui les aideront à s’intégrer et à comprendre la société québécoise. « Nous essayons toujours d’aborder les choses avec humanité et d’un point de vue pratico-pratique », explique la responsable de l’organisme.

La solidarité, au cœur de l’action…

Il faut dire que la solidarité et le communautaire font partie de l’ADN de Nathalie Rochefort. Sa carrière professionnelle l’a menée notamment au ministère de la justice, où elle pilotait un dossier de prévention de la prostitution juvénile, et dans les organismes communautaires Bon dieu dans la rue, Dannath ou encore MAP Montréal. Il y a 15 ans, elle fut même députée libérale de Mercier à l’Assemblée nationale de Québec. Là encore, elle conçoit et met en œuvre une clinique d’impôts pour les jeunes de la rue.

Dirigée par un conseil d’administration présidé par Nathalie Rochefort, la coop DeGama opère par et pour ses membres utilisateurs. Ses différents partenariats lui permettent d’offrir des ateliers et des formations gratuites « Comme tous nos ateliers sont donnés bénévolement par les membres, on veut s’assurer qu’il y ait est toujours un certain nombre de personnes présentes », explique la présidente.

Éclectisme des activités

Les évènements sont très variés et vont de « comment s’habiller en hiver » à des questions plus techniques, d’ordre juridique ou bancaire, ou bien sur les régimes d’épargne ou de retraite. « La fois passée, j’avais une question précise sur le système bancaire que je n’arrivais pas à vulgariser, j’ai donc appelé l’Association bancaire canadienne afin de pouvoir partager l’information », ajoute Mme Rochefort.

Tous les mardis à 18 heures, elle accueille gratuitement les nouveaux arrivants pour leur prodiguer des conseils. Le 8 février, c’est un atelier sur les avantages du bilinguisme français-anglais, qu’elle organisme en partenariat avec Francogénie, l’association des professionnels français diplômés en génie. Le 17 février, la Fondation Ressources-Jeunesse viendra révéler les compétences recherchées par les employeurs.

Parmi les personnes qui fréquentent la coop DeGama, 60% sont présentes sur le territoire du Québec depuis moins de cinq, et 10% depuis plus de cinq ans. Les préoccupations varient constamment et avec elles, l’offre de service de la coop deGama. Durant l’un des derniers évènements, des nouveaux arrivants provenant de la France, de la Chine, du Maghreb, d’Afrique, d’Europe et même des natifs du Québec étaient présents.

Les ateliers de la Coop DeGama : inscription obligatoire en ligne sur le site www.degama.ca.

(crédit photo : Nathalie Rochefort)

Laisser un commentaire