Comédie de Montréal : le café-théâtre parisien débarque en ville

Un petit nouveau dans l’univers culturel montréalais, la Comédie de Montréal ouvre ses portes cette semaine, à quelques pas du Village. Un café théâtre à l’image de ceux existant en France, amené par l’humoriste et entrepreneur belge Jamin Chtouki.

Par Manon Lefevre-Mons et Léopoldine Frowein

Après deux ans de réflexion, c’est en février 2016 que Jamin Chtouki arrive à Montréal pour monter le seul et unique café-théâtre de la ville. Au 1113 boulevard de Maisonneuve, dans une ancienne animalerie, les quelque 200 spectateurs vont pouvoir entrer dans ce qu’il appelle « Le temple de l’humour ». « Les mots ne sont pas choisis au hasard, c’est un endroit ou l’on va vraiment se sentir bien.  C’est tout un univers qu’on amène, une identité. »  C’est ici le but de la Comédie de Montréal, proposer aux Québécois des comédies que les Européens maîtrisent très bien, mais qui manquaient pour l’instant dans le paysage culturel.

Jamin Chtouki
Jamin Chtouki

Pour Jamin Chtouki qui ouvre sa 6e salle (après l’Europe, la Belgique), cet endroit va proposer principalement des comédies. « Mais pas des comédies one man show ou du standup, comme ça se fait partout ailleurs à Montréal. Nous allons présenter des comédies principalement parisiennes (au début), qui ont du succès là-bas mais avec des comédiens québécois. » Bien-sûr, ouvrir un établissement dans la métropole pourrait faire peur, mais l’humoriste et entrepreneur nous explique que dans le paysage culturel actuel et en tant que nouvel arrivant, il vient juste compléter le type de spectacles déjà proposés en ville.
Les amateurs de café-théâtre peuvent maintenant trouver un lieu dédié aux comédies, sans délaisser les autres salles. Tout dépend de l’humeur du moment. La Comédie de Montréal propose un spectacle le dimanche après midi, « pour ceux qui ne savent pas quoi faire le dimanche ». Et il est vrai que trouver une représentation en fin de semaine est plutôt rare !

10 ans de mariage en ouverture de bal

Affiche-10-ans-de-mariage-montreal_2« L’idée, c’est de se rapprocher du public », révèle l’humoriste belge Jamin Chtouki. Mais comment se rapprocher d’un public qui nous est absolument inconnu? En effet, rappelons que le réalisateur est belge. Il a d’ores et déjà ouvert plusieurs salles de théâtre en Belgique puis en France. Son authentique succès l’amène maintenant au Québec, tout un défi ! Certes la langue a beau être identique, mais peut-on en dire autant des codes culturels en matière de comédie et d’humour?

« L’humour est universel », argue aussitôt l’entrepreneur. Faire rire tout le monde, âge, classe et origine confondus, c’est la raison pour laquelle il a choisi une programmation uniquement composée de comédies. Bien-entendu les références culturelles au Québec ne sont pas les mêmes qu’en France. Il a donc choisi d’interpréter « les 10 ans de mariage » avec une comédienne québécoise, Audrée Southière, et a également changé quelques tournures de phrases ou noms de magasins. Mais cela suffira-t-il pour faire rire les spectateurs québécois ?

Comme le dit la jeune comédienne Audrée Southière, « les 10 ans de mariage, c’est une histoire de couple, tout le monde peut s’y identifier ». Toutefois, l’humoriste ne s’est pas lancé dans une telle entreprise à l’aveuglette. Avant de se résoudre à acheter l’ancienne animalerie montréalaise et de la transformer en café-théâtre, ils avaient déjà joué la comédie française à plusieurs reprises dans la région de Québec. Emballé par la réussite et l’enthousiasme qu’elle suscita parmi les spectateurs québécois, Jamin Chtouki se lance alors dans l’aventure canadienne, et ça s’annonce plutôt bien. « Ce que je veux par-dessus tout, c’est briser ce fameux quatrième mur entre la scène et le public », nous confie-t-il. Pour ce faire, les comédiens sur scène doivent être particulièrement attentifs aux réactions de l’audience, afin de s’y adapter à tout moment de la pièce. Et jusqu’à présent, il a justement eu de très beaux retours, notamment de la part d’une spectatrice de Québec qui lui demande : « Est-ce que vous êtes vraiment comme ça dans la vraie vie, car j’ai envie de vous donner des tartes sur la scène ! », le plus beau compliment qu’on peut lui faire, d’après l’humoriste.

À lire aussi : « 10 ans de mariage » : Le café-théâtre toulousain en visite au Québec

Laisser un commentaire