Carnet de voyage: Toronto (épisode 2)

En route pour l’Amérique !

Carnet de voyage – Trois français, Romain, Fabien et Elna, passent un mois en Amérique du Nord à la découverte de lieux surprenants dans les villes de New-York, Toronto et Montréal.

Épisode 2: Toronto

Par Romain Lambic

Mardi 17 juillet, Toronto. Après une bonne nuit de sommeil et un déjeuner copieux à l’hôtel Howard Johnson de Newark, nous prenons la navette vers l’aéroport, embarquons dans notre avion à 10H50 et décollons enfin. Après deux heures de vol et un magnifique survol du Lac Ontario (Photo 1), nous atterrissons à Toronto. Nous sommes surpris de la proximité quasiment directe de l’aéroport Pearson avec le centre-ville. Ce n’est pas la première fois que nous voyageons au Canada Fabien et moi, nous avions passé une semaine à Montréal à l’été 2017 avec un autre ami. Je ne connais cependant pas encore Toronto. C’est une découverte totale pour Elna, qui n’a jamais foulé le sol canadien. Nous arrivons rapidement à notre location (Photo 2), située en plein cœur du quartier grec, entre Pape Avenue et Withrow Park. Elna ayant besoin de repos, Fabien et moi partons vers le centre de la ville par le métro. Le centre de Toronto ressemble à s’y méprendre au Times Square à New-York et à Piccadilly Circus à Londres avec tous ces gratte-ciel et écrans publicitaires, à la différence près que c’est moins oppressant. Nous marchons le long de Bay Street en direction du City Hall et de la cour de justice de l’Ontario, l’un des spots favoris des touristes. Toujours à pied, nous rejoignons le pied de la Tour CN (Photo 3), qui culmine à 553 mètres au-dessus de Toronto. Retour à notre appartement. 

Mercredi 18 juillet. Pas question de se reposer. Nous partons tous les trois en bus en direction des Chutes du Niagara. Après environ deux heures de routes depuis la station Grayhound sur Bay Street, nous arrivons à Niagara Falls, toujours dans la province de l’Ontario. Après avoir pris un bus de ville, nous arrivons au bord du Niagara. Nous devons emprunter le Rainbow International Bridge et passer côté américain pour prendre le ferry que nous avons réservé la veille pour voguer sur les eaux émeraude du Niagara vers le pied des chutes. Après avoir enfilé une tenue bleue saillante (Photo 4) – un pancho pour nous protéger de la douche qui nous attend, c’est parti pour une bonne quinzaine de minutes de machine à laver. Le spectacle est saisissant, nous ressentons toute la puissance de ces chutes. Comment se sentir encore un peu plus petit face à l’immensité de la nature. Après cette douche froide, nous revenons à bon port. Nous profitons encore quelques bons instants de la vue imprenable sur les Chutes (Photo 5) et passons le reste de l’après-midi dans la zone de divertissement et d’amusement côté canadien. Après un petit tour de manège où l’on devait tuer le plus de zombies possibles en 6D et avoir dépensé 60 dollars canadiens en medal game – pour finalement repartir avec deux mugs et un porte-clé, nous repartons à pied vers la station de bus pour revenir à Toronto.

Jeudi 19 juillet. Après une grasse matinée bien méritée, nous partons explorer le village grec, situé sur une partie de Denforth Avenue (Photo 6). Toute une pléiade de restaurants et de bars se revendiquant grecs se succède dans ce quartier, aux côtés de boutiques et d’épiceries plus classiques. Le style de l’église catholique Holy Name Parish nous fait penser à une église orthodoxe. Il y a même une petite statue d’Alexandre le Grand qui prône fièrement dans le petit parc qui porte son nom. Nous repartons tous en direction du centre-ville. Après avoir magasiné au centre commercial CF Toronto Eaton Centre et mangé un burger, nous avons pris de nouveau la direction du City Hall, puis longé Queen Street pour nous rendre au Graffiti Alley (Photo 7). La ville de Toronto est un repère et un spot majeur pour les adeptes du street-art et des artistes internationaux du graffiti. Les murs de cette petite ruelle s’étendant sur quelques centaines de mètres sont habillés de graffitis tous plus beaux les uns que les autres. Quelques touristes et curieux s’y aventurent afin de prendre des photos panoramiques de ces tableaux urbains ou pour poser devant eux. Nous arrivons au milieu de l’après-midi et une pause fraîcheur s’impose, avec un smoothie au Second Cup Coffee, situé à l’angle de Queen Street et de John Street. 

Pour finir l’après-midi en beauté, nous partons vers le quartier de la distillerie (Photo 8). Fabien et moi ne nous étions pas encore renseigné sur le lieu et pensions qu’il s’agissait d’une usine abandonnée. Quelle ne fut pas notre surprise en découvrant que, bien au contraire, cette zone est bien vivante, habitée et animée. Des appartements, des boutiques et de nombreux bars et restaurants branchés occupent les anciens locaux de la distillerie Gooderham and Worts. En 1990, toutes les activités de l’entreprise en ce lieu ont cessé, l’usine devient durant cette décennie le lieu de tournage majeur, pas moins de 1 700 films y sont tournés. La distillerie a été rachetée et rénovée en 2001 par un promoteur pour transformer ce lieu en ce quartier aujourd’hui prisé par les touristes. Ce vendredi 20 juillet, c’est matinée de repos et repas simple avant de prendre la route de l’aéroport Pearson, pour s’envoler vers Montréal. 

(photos: Romain Lambic)

 

Laisser un commentaire