Carnet de voyage: derniers jours en terre québécoise

En route pour l’Amérique !

Carnet de voyage – Trois français, Romain, Fabien et Elna, passent un mois en Amérique du Nord à la découverte de lieux surprenants dans les villes de New-York, Toronto et Montréal.

Épisode 5: Les derniers jours en terre québécoise 

Par Romain Lambic

Mercredi 1er août

Journée de repérage du nouveau quartier dans lequel nous résidons désormais, autour de Guy-Concordia. L’appartement se situe dans un immeuble rénové de la rue Saint-Marc et est très bien situé, à proximité directe du métro et de la rue Sainte-Catherine. Nous avons même accès à une salle de sport située au dernier étage. Nous ne nous sommes pas fait prier pour tester les équipements et profiter de la vue sur la ville depuis cette salle.

Jeudi 2 août

Contrairement à la veille, la journée promet d’être riche. En effet, nous prenons la voiture en direction d’Ottawa. Nous ne nous rendons toutefois pas directement dans la capitale canadienne, nous profitons de la matinée ensoleillée pour aller visiter le Parc Oméga. Il s’agit d’un parc animalier dans lequel circulent en totale liberté différentes espèces de cervidés ou des sangliers, et, dans une liberté un peu plus restreinte, des ours, des loups et des bisons. Il y a de l’achalandage à l’entrée du parc, d’autant plus que les différents cervidés s’approchent au plus près des voitures pour y chercher de la nourriture – il est possible de les nourrir avec des légumes achetés à l’entrée. Ce sont des animaux sauvages, qui sont toutefois apprivoisés par l’homme. Cela nous a permis de prendre des clichés comme jamais ce n’aurait pu être le cas à d’autres endroits, notamment en France.

Après avoir mangé une poutine sur la Terre des Pionniers dans le parc, nous repartons et prenons cette fois la direction d’Ottawa. Durant environ quatre heures, nous nous promenons à différents endroits de la ville. Nous avons commencé notre marche par le Parlement et sa colline. La visite du Parlement est gratuite, mais il n’y avait, hélas, pas de billets vendus ce jour-là. C’est en 1859 que plusieurs édifices sont construits sur la Colline du Parlement, il y a aujourd’hui quatre bâtiments qui s’y élèvent, l’édifice central et sa Tour de la Paix sont les plus marquants.

Nous traversons ensuite le canal Rideau, achevé en 1832, et flânons jusqu’au marché By où nous nous laissons surprendre par la taille de certains légumes et sirotons un smoothie. Nous prenons ensuite la direction du Major Hill’s Park, qui offre une superbe vue sur la rivière des Ouataouais, le canal Rideau, la librairie du Parlement et la ville de Gatineau. Nous rebroussons chemin et marquons un arrêt devant le Monument commémoratif de guerre du Canada, érigé en 1939, avant de se reposer au World Exchange Plaza. Nous reprenons la route vers Montréal.

Vendredi 3 août

Aujourd’hui, nous passons la fin de matinée et l’après-midi au Parc National des Îles de Boucherville, situé entre Montréal-Est et Boucherville sur le Saint-Laurent. Ces îles, jadis utilisées comme terres agricoles et de villégiature, ont échappé de peu au développement d’un programme immobilier dans les années 1970. Propriété du Gouvernement du Québec depuis 1984, les Îles de Boucherville ont été aménagées pour accueillir différentes activités de loisirs : vélo, canot, kayak, golf ou randonnée. Un terrain de camping y est également installé.

Ces îles abritent une faune variée, notamment avec une multitude de cervidés. Après avoir fait un peu de pédalo, nous avons chacun loué un vélo et avalé les pistes cyclables qui faisaient le tour des différentes îles du parc National, nous avons au total pédalé 16,5 km. Une fois rentrés à Montréal, nous nous sommes rendus au Marché Jean-Talon pour y acheter des produits frais et manger libanais.

Samedi 4 août

C’est un temps exécrable qui s’abat sur Montréal. Il fait chaud et le ciel est assez menaçant. Nous sortons tout de même et allons tester le restaurant Aux Vivres, dont on nous a dit du bien. Pour ma part, j’ai testé un wrap avec du bacon à base de noix de coco. Malheureusement, la déception s’est emparée de mon palais, je n’ai pas vraiment pris de plaisir à manger ce sandwich. Heureusement, un smoothie a relevé le niveau. Nous descendons ensuite le Boulevard Saint-Laurent à pied jusqu’au Quartier des Spectacles malgré la pluie, et prenons quelques photos des différentes œuvres d’art qui couvrent les murs de certains bâtiments. J’ai notamment remarqué entre Sherbrooke et le quartier des Spectacles une fresque militante qui réclame justice pour les – trop – nombreuses femmes autochtones et assassinées, près de 1 200 en trente ans.  

Dimanche 5 août

C’est une belle et très chaude journée qui est cette fois prévue sur le Québec. Jusqu’à présent, en dehors du Parc Oméga et des Îles de Boucherville, nous n’avons pas été totalement en contact avec la nature et la grandeur des paysages québécois. Nous décidons de remédier à cela et prenons la direction du Mont-Tremblant, situé au cœur des Laurentides. C’est une destination très prisée par les Canadiens durant l’hiver, c’est l’une des principales stations de ski, située à seulement 1h30 de Montréal.

Nous nous baladons dans le village qui fait office de station de ski avec ses hôtels luxueux et ses restaurants. Nous prenons un billet pour grimper jusqu’au sommet du Mont-Tremblant par le téléphérique panoramique. Durant l’ascension, nous sommes saisis par le spectacle qui s’offre à nous. Plus nous nous élevons, plus belle et majestueuse est la vue. Une fois arrivés, nous grimpons sur un perchoir pour avoir une vue à 360° sur le paysage entourant la montagne, qui culmine à 968 mètres. Nous prenons notre lunch au réfectoire du sommet avant de redescendre vers le village. L’après-midi, pendant que Fabien et Elna descendent en kayak la Rivière du Diable durant environ trois heures, je profite de la plage au bord du Lac Tremblant.

Lundi 6 août

Convaincus par notre expédition au Mont-Tremblant, nous décidons de prendre de nouveau la route et de nous diriger vers le Parc National de la Mauricie. Nous faisons un petit arrêt à Shawinigan pour voir les chutes de la ville. La quantité d’eau n’est pas folle, mais l’environnement rocailleux est saisissant. Nous arrivons enfin au Parc de la Mauricie et prenons le sentier à pied en direction des cascades. Le profil des chutes est idéal pour remonter ou redescendre directement les cascades et trouver différents spots pour se baigner.

Je me suis même allongé sur la cascade en me laissant bercer par l’eau qui coulait près de mes oreilles, j’ai rarement ressenti une telle sensation de détente. L’expérience est raccourcie, Elna s’étant foulé le pied après avoir marché dans un trou plus profond que prévu. Fort heureusement, ce n’est qu’une méchante entorse et non une fracture, sinon il aurait fallu avancer plusieurs centaines de dollars pour être pris en charge. De retour à Montréal, je me rends à la rencontre de Josée, une Québécoise originaire de Beloeil que j’ai croisé à Paris lors d’une soirée de réseautage avec Francophonie sans frontières, nous mangeons au Resto Vego, un buffet végétarien sur Saint-Denis.

Les derniers jours à Montréal

Pour les derniers jours de notre passage à Montréal, nous nous reposons essentiellement. Je profite une dernière fois du quartier des spectacles, des rue Saint-Denis, Sainte-Catherine et du Boulevard Saint-Laurent. Nous partons au Mail Champlain à Brossard pour magasiner. Nous avons été surpris par le magasin Décathlon sur place, dans lequel il est possible d’essayer de nombreux sports : vélo, tir à l’arc (en ventouse), molki, escalade, paddle, musculation, basket-ball, ping-pong, badminton, etc.

Nous mangeons une dernière fois au A&W, le seul fast-food dans lequel j’ai mangé durant notre séjour à Montréal. Cette chaîne de restaurants propose des burgers avec des viandes issues d’animaux élevés sans antibiotiques, sans stéroïdes et non nourris par de la farine animale. Elle propose également des burgers végétariens, dont les steaks sont plus savoureux que la vraie viande (Beyond Meat). C’est l’heure de plier bagage et de rendre l’appartement.

Nous repartons de Montréal le 9 août avec plein de souvenirs en tête et la promesse pour moi d’y revenir et pourquoi pas de m’y installer. Tandis que Fabien et Elna rentrent directement sur Paris, je profite encore de quelques jours de vacances pour me rendre en Galice, une région au nord de l’Espagne, pour le mariage d’un ami. Hasta luego Montréal !

Laisser un commentaire