Montréal accueille les dix start-up françaises du French Tech Tour Canada

Avec un climat d’affaire accueillant et des perspectives financières prometteuses, le Canada accueille des entrepreneurs du monde entier. Plusieurs organisations se spécialisent dans l’accompagnement d’entrepreneurs, et notamment le French Tech Tour Canada, un programme français d’accélération commerciale, piloté par Business France. Le 21 juin dernier, les dix entrepreneurs français encadrés par ce programme se sont retrouvés dans les locaux d’OVH afin de réaliser un pitch d’une minute devant près d’une centaine de personnes issus du milieu d’affaire franco-canadien.

Par Léopoldine Frowein et Karina Sanchez 

Les entreprises françaises avaient une vingtaine de jours pour s’intégrer au marché canadien. Avec l’aide de la French Tech Tour, elles ont pu décrocher des opportunités d’affaires dans les villes de Toronto et de Montréal grâce à des rendez-vous avec des clients et partenaires potentiels, mais aussi grâce à un programme complet de coaching personnalisé et des événements de networking. Suite au concours de pitch qui avaient lieu à Montréal, dans les locaux d’OVH, les entrepreneurs numériques de l’application CBien.com ont su se démarquer et convaincre le public de leur plus-value puisqu’ils ont été élus gagnants du concours.

Un succès qui a fait écho au Québec

L’entreprise gagnante de la soirée, CBien.com, née en France il y a deux ans et demi, a connu un succès retentissant. Elle détient depuis un partenariat avec 50% des compagnies d’assurances. CBien.com offre une application permettant de référencer l’ensemble des objets matériels acquis afin de garder un inventaire de ses possessions et de leur valeur rattachée.

Tout peut y passer, selon les entrepreneurs Marie Chambron et David Gascoin, du livre de poche à la grande télé. « Afin d’éviter que le processus soit pénible, l’application permet de scanner tout simplement le code-barres d’un produit pour y aller rapidement », explique David Gascoin. Pour les biens dépourvus d’un code-barres, on peut les ajouter à la main et avec l’aide d’un moteur de suggestion.

Au Québec, le bloggeur François Charron, a contribué à la visibilité de l’application en vantant ses qualités. Cette publicité gratuite a fait en sorte d’attiser l’intérêt de plus d’un millier de Québécois(e)s, qui l’ont téléchargée bien avant qu’elle n’arrive dans la Belle Province. Cette réceptivité locale a aussi été déterminante dans le choix de Business France d’inviter ces entrepreneurs à la tournée French Tech Tour.

L’idée nait d’une contrariété

David Gascoin raconte que la naissance de cette application découle d’un épisode contrariant vécu par son associé. « Il s’était fait volé des objets de son coffre de voiture et a eu un mal de chien à se faire rembourser parce qu’il n’avait pas conservé des preuves d’achats ».

L’idée de trouver un moyen de conserver virtuellement ces informations a alors surgi. Mais M. Gascoin espérait répondre avec cet outil plus que juste les attentes des assureurs. « Ça sert pour les assurances, mais aussi pour plein de choses. Une fois qu’ils (les objets) sont référencés une première fois, on peut se rapporter à l’inventaire en cas de sinistre, si on loue son appartement sur AirBNB, ou pour un testament », fait-il remarquer.

Un outil potentiel d’économie sociale

Une version Beta simplifiée de l’application CBien.com est maintenant disponible pour le Québec sur Google Play et App Store. Les entrepreneurs, maintenant repartis en France, attendent de voir les fruits de leur passage en sol canadien. Si un partenariat avec une entreprise locale a lieu, il sera alors possible d’avoir une version complète de leur application.

Par ce fait même, d’autres options intégrées se présenteront à l’utilisateur, dont celle de revendre leurs biens matériels sur Kijiji, par exemple, ou de les afficher sur des sites tels que Troquer, c’est gratos.

« Les familiariser avec les pratiques commerciales d’ici »

« On a donné une plus grande ampleur pour la 3e édition de l’événement», signale Pauline Durand, organisatrice de l’évènement pour Business France. Depuis mars dernier, nous travaillons avec les entreprises françaises, à distance, sur leur message commercial et on les a familiarisées avec les pratiques commerciales locales ».

Les entreprises, notamment Brainwave, OGust, Feeligo, Easy Transac et Biboard pour en nommer que quelques-unes, ont eu accès à un éventail de services pour maximiser leurs chances de saisir une opportunité d’affaires.

Les entreprises ont été sélectionnées par un jury canadien, dont CGI et Bell Media. « Un critère pour les sélectionner étaient qu’elles soient, entre autres, des entreprises suffisamment solides en France. Ce sont toutes des startups qui ont une certaine maturité », souligne Mme Durand.

Notons également la présence de David Douillet, député Les Républicains des Yvelines, Vice-président du Conseil régional d’Île-de-France, ancien ministre et ex-judoka français, qui conduisait une délégation de l’Île-de-France à Montréal, et qui s’est réjouit de ces succès français à l’étranger.

Laisser un commentaire